Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communautaire

Retour

02 juin 2021

320 000 abeilles au Complexe Enviro Connexions

CAHIER SPÉCIAL - ENVIRONNEMENT

abeilles

©Olivier Lapointe

André Chulak, coordonnateur aux communications du Complexe Enviro Connexions, juge que le site d’enfouissement de Terrebonne est un lieu propice pour les abeilles.

Pour une troisième année consécutive, le Complexe Enviro Connexions (CEC) hébergera des ruches sur son site d’enfouissement de Terrebonne. Ce sont environ 320 000 abeilles qui pourront encore cet été butiner la vaste variété de fleurs qui poussent naturellement sur le terrain de 3 km2 de l’entreprise.

Pour André Chulak, coordonnateur aux communications du CEC, la présence des abeilles sur le site du lieu d’enfouissement technique s’inscrit dans sa mission écologique : « C’est l’une des façons qui permettent d’aider à maintenir l’équilibre entre l’activité humaine et l’environnement. »

L’idée du projet est née de la décroissance du nombre d’insectes pollinisateurs. « On sait qu’il y a un manque d’abeilles sur la planète et nous avons ici un site plus que propice à leur offrir », souligne M. Chulak. Et l’initiative ne profite pas seulement aux fleurs, aux abeilles et à la nature, puisque 250 pots de miel devraient être produits sur le site cet été. La grande majorité de la récolte sucrée sera remise aux employés du Complexe et à leurs familles.

Cruciales pour l’agriculture

Pour Simon Jeannot, biologiste et apiculteur chez Apis Divisio, qui produit du miel à Mascouche et à Sherbrooke, toute initiative qui permet d’augmenter les populations de pollinisateurs est bénéfique. L’apiculteur se montre inquiet face à la situation des abeilles, dont le rôle est essentiel dans l’alimentation humaine : « Les gens connaissent généralement bien les abeilles à miel, mais il y a en fait environ 350 types d’abeilles indigènes au Québec qui ne produisent pas de miel, mais qui sont menacées et qui ont une importance cruciale pour l’agriculture. » Selon M. Jeannot, l’utilisation massive de pesticides a fait diminuer le nombre d’abeilles au point où le prix du panier d’épicerie pourrait exploser si la situation continue à se détériorer.

Que peuvent faire concrètement les citoyens pour aider la cause des abeilles? Le spécialiste ne recommande pas aux gens de placer des ruches sur leur propriété, car elles nécessitent une expertise poussée et des soins constants. La solution est en fait beaucoup plus simple : « Laisser les fleurs, les pissenlits et les trèfles sur nos terrains, en évitant les engrais chimiques et les pesticides le plus possible, fait une grande différence. » L’apiculteur termine en recommandant l’achat de miel local, qui est une délicieuse façon d’encourager les producteurs de notre région.

Texte : Olivier Lapointe

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média