Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Scolaire

Retour

03 juin 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Deux enseignantes de l’école Aux 4 Vents remportent un prix national

0321lecture

©courtoisie

Sarah Blouin et Caroline Gariépy ont remporté un prix de reconnaissance national.

Caroline Gariépy et Sarah Blouin, deux enseignantes de l’école primaire Aux 4 Vents de Mascouche, ont remporté le Prix de reconnaissance nationale en lecture du ministère de l’Éducation.

Sous le thème Les murs, est-ce bien utile?, les deux enseignantes, responsables d’un groupe de 49 élèves de 11 et 12 ans et pratiquant le coenseignement, ont proposé à leurs élèves de 6e année, pour l’année 2019-2020, un projet qui a favorisé une meilleure pratique de lecture. « Nous sommes emballées de recevoir ce prix. Nous nous sommes d’abord inspirées de la chute du mur de Berlin, dont on soulignait le 30e anniversaire en 2019 », indique Caroline Gariépy.

Méthode efficace

Ce qui a certainement plu au jury, c’est la démarche des deux enseignantes, qui s’est avérée fort efficace. « Nous avons opté pour un dispositif d’enseignement que nos élèves connaissent et avec lequel nous travaillons fréquemment, soit la lecture d’albums en réseau. Nous avons donc réuni une dizaine d’albums fertiles et nous avons posé aux élèves la question : les murs, est-ce bien utile? Tous les albums mis en réseau traitaient de la différence, de l’inclusion, de l’ouverture aux autres, de l’acceptation et du vivre-ensemble », explique Sarah Blouin.

« Comme devoir familial, nous avons demandé aux élèves et à leurs parents si les murs servaient à quelque chose. Les murs incitent-ils simplement à passer par-dessus? » d’ajouter Caroline Gariépy.

Mais comment s’assurer que les élèves aient ensuite le goût de persévérer dans la lecture? « En utilisant des dispositifs de lecture variés, soit en dyade, en réseau, à soi, familiale, interactive, nous croyons que nos élèves ont développé des habitudes de lecture durables », répond Sarah Blouin.

« Ces albums ont été le déclencheur d’activités de lecture, d’écriture, de communication orale, d’éthique et d’art qui ont assurément permis à nos élèves et à leur famille de se questionner sur le monde dans lequel ils vivent et de tenter de mieux l’habiter », ajoute sa collègue.

Que ressentent les jeunes aujourd’hui envers la lecture? « Ils lisent beaucoup plus que nous lisions dans le temps. Ils sont de très bons lecteurs. La littérature jeunesse, c’est une porte d’entrée sur le monde », mentionne Caroline Gariépy. Et les garçons? « Les garçons adorent l’histoire », assure Mme Gariépy.

« Nous en sommes venues à la conclusion que la littérature permet de former des lecteurs et en fait de meilleurs êtres humains », déduit Sarah Blouin, laquelle, avec sa collègue, tient à souligner l’excellent travail de la cohorte 2019-2020, sans qui ce projet n’aurait pas rayonné autant.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média