Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Municipal

Retour

08 juin 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Acceptée par les uns, refusée par les autres

0421pumpatrack

©Pénélope Clermont

C’est à cet endroit, dans le parc Pierre-Le Gardeur, que la Ville prévoit installer une piste de BMX de style « pumptrack ».

L’implantation d’une pumptrack dans le cadre du réaménagement du parc Pierre-Le Gardeur, dans le secteur Lachenaie, n’obtient pas l’aval des résidents du quartier, et ce, même si un sondage tenu par la Ville de Terrebonne montre un fort appui pour le projet.

Ce projet, qui se veut une manière de remettre au goût du jour un parc qui en a bien besoin et « d'accroître son caractère invitant pour en faire un milieu de vie pour tous », notamment par la construction d'une piste de BMX récréative asphaltée de style pumptrack (piste à rouleaux), a été voté unanimement par le conseil municipal, le 10 mai. Financé à 1,8 M$ par le Programme de mise en valeur intégrée d’Hydro-Québec pour son projet du poste Judith-Jasmin, il a fait l’objet d’une consultation citoyenne le 2 décembre dernier ainsi que d’un sondage en ligne du 18 novembre au 9 décembre. Les citoyens du quartier ont aussi reçu de la Municipalité une lettre les informant de la démarche. Soixante-deux réponses auraient été retenues dans le cadre du sondage, qui appuie à 75,81 % le projet de pumptrack au détriment d’une patinoire permanente. Des données que remet en question Johanne Plante.

Non à la pumptrack, oui à la patinoire

La citoyenne affirme que la majorité des résidents riverains du parc et elle n’étaient pas au courant du projet de réaménagement de celui-ci et surtout, qu’ils ne sont pas d’accord avec l’installation d’une pumptrack. « Ceux au courant et ayant participé au sondage avaient voté en faveur de la patinoire », stipule celle qui a ainsi décidé de lancer une pétition auprès des citoyens de son quartier, laquelle a été déposée au conseil municipal le 7 juin. Elle a cogné à 78 portes pour récolter 75 signatures en désaccord avec le projet retenu par la Ville. « Je ne comprends pas l’énorme différence entre le sondage en ligne et ma pétition en personne, à moins que les 62 personnes qui ont répondu au sondage demeurent à l’extérieur de mon quartier et donc ne soient pas affectées par la venue d’une pumptrack », suggère-t-elle.

Pour prouver son point, elle nous remémore une levée de boucliers de la part de citoyens de son secteur, en novembre 2018, à la suite du retrait de la patinoire de ce parc. « Ça fait longtemps [que la Ville] veut enlever cette patinoire, et ce nouveau projet est comme une façon déguisée d'y arriver en prétendant avoir contacté les citoyens concernés, les mêmes citoyens qui, deux ans auparavant, se sont mobilisés […] pour s'opposer fortement au retrait d'une patinoire. Donc, deux ans plus tard, on a tous changé d'idée? » martèle-t-elle.

Mme Plante se dit heureuse que la Ville rénove le parc avec de nouveaux modules, des jeux d’eau, des sentiers et des zones de repos, expose-t-elle, mais elle rejette l’option de la pumptrack, entre autres parce qu’elle implique de perdre un espace vert pour y aménager une piste asphaltée, qu’elle n’est d’aucune utilité en hiver et qu’elle ne rejoint qu’une minorité de personnes, contrairement à la patinoire, croit la Terrebonnienne. « C'est un parc de secteur conçu pour répondre aux besoins et désirs des résidents du secteur, ajoute-t-elle. Ce projet devrait être réalisé à un endroit plus vaste et sans voisins collés au site. »

Processus respecté

Appelé à réagir, le conseiller municipal du quartier, Marc-André Michaud, admet avoir été étonné du résultat du sondage tenu par la Ville, connaissant l’appui de nombreux citoyens envers la patinoire, mais il assure que le processus s’est fait en bonne et due forme. Plus de 2 000 lettres ont été envoyées dans un rayon de 800 mètres du parc, 74 personnes se sont inscrites à la soirée d’information et 94 personnes l’ont visionnée en direct, cite-t-il en exemple.

Lors de la séance du 7 juin, M. Michaud et le maire Marc-André Plante ont montré une ouverture à rencontrer les citoyens concernés afin de trouver un terrain d’entente. « Oui, il y a des gens qui ne sont pas contents, mais il y en a d’autres qui sont très heureux du projet », a nuancé M. Plante.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média