Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

23 juin 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Promesse de changement tenue, se réjouit l’ADT

0621bilanadt

©courtoisie

Le comité exécutif de la Ville de Terrebonne : Simon Paquin, Nathalie Bellavance, le maire Marc-André Plante, Serge Gagnon et Yan Maisonneuve.

Avec son slogan « Du changement! » lors de la campagne électorale de 2017, l’Alliance démocratique Terrebonne promettait d’arriver au pouvoir en instaurant de nouvelles pratiques. À l’aube de conclure un premier mandat comme maire, Marc-André Plante dévoile un bilan chiffré et détaillé à travers lequel il souligne avoir réalisé 91 % des engagements qu’avait alors formulés son parti.

M. Plante rappelle avoir présenté une plateforme « audacieuse qui traçait la voie à une modernisation de l’administration municipale » et qui contenait 75 engagements. À ce jour, le comité de suivi de ces engagements indique que 39 ont été réalisés (52 %); que 20 sont en cours de réalisation (27 %); que 9 sont à venir (12 %), c’est-à-dire qu’ils sont planifiés au plan triennal des immobilisations; alors que 7 (9 %) ont été étudiés, puis abandonnés. On retrouve notamment, parmi ces derniers, l’ombudsman des citoyens qui s’avérait trop coûteux par rapport à ses bienfaits, cite-t-il en exemple. En parallèle, 140 actions ont été entérinées à la suite d’orientations adoptées par le conseil municipal au cours du même mandat.

En ses propres termes, le premier magistrat décrit son bilan de mandat comme « impressionnant ». « La population nous avait confié un mandat imposant de revoir la gouvernance, l’éthique et la performance organisationnelle », dit-il en revenant sur le type d’actions posées par son administration depuis son élection, et ce, sans manquer de soulever que 30 % de son mandat s’est déroulé durant une pandémie mondiale : « Si nous n’avions pas fait preuve d’agilité depuis 15 mois, nous n’aurions pas pu gérer cette crise en continuant de gouverner. »

Portrait de mandat

Sur le plan de l’éthique et de l’intégrité, le chef de l’ADT considère avoir tenu ses promesses. « Il y a beaucoup plus de soumissionnaires pour les octrois de contrats, avance-t-il, et il n’y a eu aucun fait nouveau présumant du favoritisme dans l’octroi de contrats. Nous avons raffermi nos pratiques et il fallait le faire. »

Quant à la volonté du parti de remettre de l’ordre dans les finances de la Ville, M. Plante s’appuie sur les états financiers présentés en mai pour saluer le travail de son équipe. Il soulève particulièrement le poids de la dette par rapport aux revenus totaux qui a baissé de 28 % depuis 2017, passant de 216 % à 188 %, pour s’établir à 506 M$. Le maire vante aussi le projet du parc industriel de Lachenaie, qui a franchi une nouvelle étape récemment avec l’achat de terrains.

Malgré les constants rappels de l’Intersyndical de Terrebonne, qui considère que les services aux citoyens ont diminué depuis quatre ans, l’élu vante plutôt leur bonification, signalant notamment la « chute libre » du nombre de requêtes concernant les nids-de-poule. Il souligne aussi l’implantation du bureau des citoyens, qui offre un accès plus facile à la Municipalité avec des heures d’ouverture étendues. Parmi les autres thèmes sur lesquels l’ADT revient, on retrouve le virage technologique entrepris, la gouvernance des sociétés paramunicipales, la mobilité et les infrastructures routières, le Vieux-Terrebonne, le patrimoine et le 350e anniversaire de Terrebonne, les politiques municipales en développement durable, le développement social et les bibliothèques.

Quelques ombres au tableau

Ce bilan positif sur papier comporte cependant certaines ombres au tableau, alors que les élections se rapprochent pour M. Plante et son équipe. Les représentants syndicaux des employés de la Ville multiplient leurs interventions en tenant une campagne négative dirigée contre lui. Une approche que semble accueillir avec sagesse l’homme politique, qui réagit à peine aux attaques répétées à son endroit, préférant se concentrer sur un seul objectif : s’entendre avec ceux-ci dans le cadre d’une convention collective, et ce, dans le respect des revenus de la Ville.

Quant à l’épée de Damoclès qui pend au-dessus de la tête de son chef de cabinet, Alain De Choinière, M. Plante a confiance que la plainte déposée au Directeur général des élections du Québec (DGEQ) se règlera sans heurts, tout comme le cas du conseiller Simon Paquin devant la Commission municipale du Québec.

Quoi qu’il en soit, il se concentre sur son avenir à titre de maire : « Je suis fier du travail réalisé et conscient du travail à venir pour mon administration, et ce, d’ici 2025. Le plan stratégique sera certainement un guide pour diriger la vision politique et financière du Terrebonne de demain. »

La semaine prochaine, lisez le bilan de mandat du maire de Mascouche, Guillaume Tremblay.

Suivez-vous les Jeux olympiques de Tokyo?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média