Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communautaire

Retour

07 juillet 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Pour toi, nouvel arrivant dans Les Moulins

CAHIER SPÉCIAL - LES MOULINS, À VIVRE, À DÉCOUVRIR

0821hassiba

©courtoisie

Arrivée au Canada il y a tout juste 15 ans, Hassiba Idir sait très bien par où passent les personnes immigrantes qu’accueille la MRC Les Moulins chaque année, et elle leur rappelle que tout est possible.

« Malgré les débuts durs, le dépaysement, la solitude, le désarroi, l'inconnu, j'ai foncé tête en avant, sans jamais me retourner. Les jeux sont faits; le pire est derrière moi. Savez-vous c'est quoi, ce pire? Le jour où nous avons fait nos valises et avons dit au revoir à nos familles. Après ça, tout est possible, tout est supportable. Il suffit d'y croire. »

C’est le discours que tient Hassiba Idir, fière Terrebonnienne qui fête cette année, le 17 juin pour être exact, 15 années en sol canadien. Il s’est en effet passé 15 ans depuis que son mari, sa fille alors âgée de 4 ans, elle et leurs cinq valises « bourrées de toute une vie, de milliers de rêves et d’un espoir fou » ont quitté l’Algérie pour fouler le sol du Québec, leur terre d’accueil devenue leur pays d’adoption.

Des parcours contenant des litres de détermination, de ressort et de folie comme celui d’Hassiba, il peut s’en raconter des centaines dans la MRC Les Moulins. Le territoire accueille annuellement une moyenne de 388 immigrants, la majorité provenant de Montréal et souhaitant s’installer en banlieue. De 2003 à 2012, la MRC a reçu 44,2 % de la population immigrante de la région montréalaise, alors que, selon des données de Statistique Canada datant de 2011, la population immigrante représente 5,7 % de la population moulinoise globale.

« Si moi, je l'ai pu, tout le monde le peut »

C’est à toutes ces personnes issues de l’immigration et surtout à celles qui viennent de s’installer à Mascouche ou à Terrebonne que s’adresse Hassiba, consciente des nombreux défis qui les attendent. « Heureuse de la vie que j'ai maintenant, les mauvais moments, je ne m'en souviens plus. J'ai rebâti une carrière de zéro et je me suis fait des amitiés sincères et profondes, et je travaille pour une cause qui me tient à cœur », témoigne celle qui agit comme coordonnatrice d’AMINATE, un organisme local favorisant l’intégration des nouveaux arrivants.

Pour y arriver, elle a dû creuser au plus profond d’elle-même. « Un jour, lors d'une énième journée où j'emballais des sapins dans des boîtes de carton dans un entrepôt à Saint-Hubert, je me suis répété mentalement cette phrase : je n'ai pas fait 6 000 km pour ça! Ce n'est pas ça mon rêve! » relate-t-elle. Cette pensée est devenue un levier à sa rage de réussir. Puis, une autre pensée sur laquelle elle s’appuiera plus d’une fois lui est venue de Boucar Diouf, avec une de ses sages paroles : « Aime le Québec, et il t’aimera. »

« Si moi, je l'ai pu, tout le monde le peut, car nous sommes tous partis d'une même ligne de départ : la sortie de l'aéroport », insiste Hassiba dans une note d’espoir.

Commentaires

11 juillet 2021

Clémenced Massicotte

Un nouvell arrivant qui se rend chez AMINATE et rencontre Hassiba ou une des intervenantes informe ses amis et ses concitoyens de l'accuei reçu. Cet accueil favorise la vue à Terrebonne et à Macouche de plusieurs d'entre eux.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média