Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

04 août 2021

Pénélope Clermont - pclermont@lexismedia.ca

Quand la crise génère le changement

RÉOUVERTURE DE REGROUP’ELLES

1221regroupelles

Après près de quatre mois de fermeture, Regroup’elles a commencé à renouer avec ses services au courant du mois de juillet, alors que l’hébergement a repris le 3 août.

Le principe de « crise comme stratégie de changement » a pris tout son sens au sein de Regroup’elles dans les quatre derniers mois. Composant avec des « défis de structure et de gestion interne depuis plusieurs années », l’organisme hébergeant des femmes violentées dans un contexte conjugal s’est vu dans l’obligation de fermer temporairement ses portes le 12 avril. Si certains enjeux demeurent, l’équipe affirme avoir pris le recul nécessaire pour offrir à nouveau ses services.

Pour utiliser un mot à la mode, Regroup’elles fait preuve de « transparence », alors qu’il reprend ces jours-ci ses activités en sol terrebonnien. « Des démissions de masse de la part de l’équipe d’intervenantes, le départ de la coordination, de la direction, de l’adjointe administrative ainsi que la démission de plus de la moitié des membres du conseil d’administration », comme on l’évoque dans un communiqué de presse, sans oublier la pandémie, ont eu raison du « contexte fragile » dans lequel baignait l’équipe, fait savoir la coordonnatrice de l’organisme, Nancy Montreuil, qui partage sa tâche avec Stéphanie Yanakis.

Les derniers mois ont donc permis à Regroup’elles de voir un nouveau conseil d’administration de huit personnes se former, et « un virage dans le modèle de gestion s’inscrivant dans une perspective féministe a été amorcé, favorisant une gouvernance aux pratiques démocratiques, transparentes et inclusives », précise-t-on dans le communiqué. « Les décisions prises dans le conseil ne représentaient pas les valeurs de l’organisme, ce qui créait un clivage lorsqu’elles [devaient être appliquées] par l’équipe », cite en exemple Mme Montreuil.

Dans sa démarche de reconstruction, l’organisme indique avoir été accompagné par des personnes-ressources externes, soit Nathalie Côté, organisatrice communautaire du Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière, ainsi que Joanne Beaudin, T.S.M.A, superviseure clinique externe.

Retour progressif

Mentionnant qu’il reste des postes à pourvoir pour être en mesure d’offrir l’entièreté des services de l’organisme, la coordonnatrice laisse savoir que 21 travailleuses sont présentement à l’emploi, dont 10 nouvelles intervenantes se trouvant en formation intensive. Selon elle, il manquerait 9 personnes pour occuper tous les postes.

Regroup’elles a néanmoins commencé à renouer avec ses services au courant du mois de juillet, alors que l’hébergement a repris le 3 août. L’organisme ne peut par contre accueillir que 4 femmes et leurs enfants sur les 18 places normalement disponibles étant donné un manque de main-d’œuvre pour assurer des services en continu.

Pour les mêmes raisons, la ligne d’écoute 24/7, qui avait été momentanément interrompue, est fermée entre 23 h et 7 h 30 jusqu’à nouvel ordre. « La réalité du manque de travailleuses intervenantes disponibles de nuit étant un défi d’envergure », confirme-t-on. En ce qui concerne les services d’accompagnement à l’externe (sans hébergement), de nouvelles demandes sont reçues depuis le 12 juillet. Notons que les femmes qui recevaient des services externes au moment de la fermeture ont pu bénéficier d’un suivi afin de poursuivre leur cheminement.

Bref, tout est maintenant en place pour que Regroup’elles reprenne son envol et côtoie ses partenaires, tout en assurant une présence dans l’ensemble des activités de sa mission. « Nous voulons remercier les actrices et les acteurs de notre milieu qui ont soulevé leurs inquiétudes face à la situation de Regroup’elles, montrant ainsi la nécessité de compter sur un organisme d’hébergement opérationnel et surtout, en bonne santé globale », concluent les représentantes de l’organisme.

Pour de l’information ou un soutien, composez le 450 964-4404 ou écrivez à info@regroupelles.org. SOS violence conjugale : 1 800 363-9010.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média