Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communautaire

Retour

10 septembre 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Un quartier se mobilise pour sensibiliser les chauffards

1821demonceaux

©Stéphane Fortier - La Revue

Des dizaines d’enfants et de parents ont écrit des messages de sensibilisation sur la rue de Monceaux.

Des familles de la rue de Monceaux et de rues limitrophes, à Terrebonne, se sont donné la main dans le but de faire comprendre que la vitesse excessive et le non-respect des arrêts obligatoires ne seront plus tolérés dans leur quartier.  

Des parents tels Marlène Lemire et Jennifer Lee ont mobilisé des dizaines d’autres parents et leurs enfants, le 7 septembre, afin d’écrire sur la rue, à l’aide de craies de couleur, des messages indiquant aux automobilistes qu’il faut ralentir et respecter le Code de la sécurité routière sur leur rue. C’était spécial de voir des dizaines d’enfants et de parents écrire sur la rue des messages tels que Arrêt, 30 km/heure, Ralentissez.

Parents inquiets

Les parents de la rue de Monceaux et des artères environnantes en ont assez de voir des automobilistes enfreindre les règles et faire fi des enfants qui circulent dans leurs rues. « Marlène Lemire m’a alertée et j’ai cru bon de m’impliquer et de recruter des familles sur la rue, d’indiquer Marie-Ève Couturier, elle-même mère de famille. Les gens transitent par de Monceaux et ne font pas attention. Il faudrait réduire la vitesse à 30 km/heure. » « La vitesse est un problème, mais c’est un problème dans toutes les rues. Des dos d’âne pourraient être une solution. Un jour, il y aura un accident », prédit Étienne Lalonde, un résident de la rue Miramichi. « La Ville ne va faire quelque chose que quand il y aura un accident. Comme vous voyez, il n’y a pas de brigadier et pourtant, on est près de l’école Esther-Blondin. Et il faudrait une présence policière plus fréquente », commente de son côté Daniel Caya.

« Il y a même des automobilistes qui font des courses, ici », renchérit Jennifer Lee. « Ça fait six ou sept ans que je demande des arrêts sur le coin des rues », insiste-t-elle.    

« Chaque année, les résidents appellent la Ville pour demander de faire quelque chose pour que les automobilistes ralentissent. Ils nous ont juste confirmé qu’il est vrai qu’ils reçoivent beaucoup demandes et qu’ils demanderaient une révision du côté de la circulation », mentionne Marlène Lemire.

Les parents et les résidents de ce quartier entendent bien continuer leurs démarches de sensibilisation au cours des prochaines semaines, mais.... 

Peine perdue

La Ville de Terrebonne ne prévoit poser aucun geste pour atténuer le problème. En effet, après analyse du dossier par le comité de circulation, aucune autre mesure de modération n’est prévue. Pour la Ville, ce tronçon ne répond pas aux critères d’installation de balises de rues, qui sont placées seulement devant les parcs, les écoles et les entrées de quartier. Il ne répond pas non plus aux critères de base pour l’implantation d’un dos d’âne, soit comporter une section droite de plus de 200 mètres, et ce, sans intersection, ainsi qu’un débit de circulation de plus de 500 véhicules par jour. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média