Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culturel

Retour

12 septembre 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Une exposition pour communiquer « Entre Nous »

vernissage1

©Stéphane Fortier - La Revue

L’artiste Chadi Ayoub, la directrice générale de la SODECT, Louise Martin, et la présidente de la Commission de la culture, du patrimoine et du tourisme de Terrebonne, Nathalie Ricard, posent au milieu des œuvres de l’exposition.

Jusqu’au 28 novembre, les amateurs d’art et les simples profanes peuvent visiter Entre Nous, une exposition de l’artiste terrebonnien Chadi Ayoub, à la Maison Bélisle.  

Le public peut y admirer six sculptures réalisées par l’artiste, des œuvres qui ont déjà fait l’objet d’une exposition itinérante. En effet, cette exposition avait été présentée à Montréal, à Brossard, à Drummondville et à Beloeil, pour ne nommer que ces quelques villes.

La Maison Bélisle accueille Entre Nous depuis juillet, mais à cause du mauvais temps, le vernissage avait été reporté au 9 septembre. « J’ai soumis le projet à la Société de développement culturel de Terrebonne (SODECT) et il a été accepté. La Maison Bélisle est un bon endroit et j’ai adapté l’exposition à ces lieux. Contrairement aux autres expositions, celle-ci ne compte que six œuvres, au lieu des neuf originalement présentées », explique Chadi Ayoub, qui n’avait pas procédé à un vernissage depuis un bon bout de temps en raison de la pandémie.     

La communication

Ses sculptures, réalisées en pâte de papier, sont montées sur des socles, dont certains sont décorés de peinture à l’acrylique. « Je veux que le visiteur fasse siennes les sculptures qu’il verra, qu’il vive une expérience avec elles, commente l’artiste. Mon processus de création est concentré sur les interactions sociales. Chaque pièce est un mélange de personnes, de regards et de visages qui veulent raconter une histoire. Et la matière utilisée, le papier journal, se veut le portrait d’une société », décrit-il.  

La présidente de la Commission de la culture, du patrimoine et du tourisme à la Ville de Terrebonne, Nathalie Ricard, croit qu’il est important de valoriser les œuvres des artistes d’ici. « La culture, c’est l’une des assises de notre identité à Terrebonne », affirme-t-elle.

« Merci à Chadi Ayoub de partager sa vision avec nous », commente pour sa part Louise Martin, directrice générale de la SODECT.

Mentionnons en terminant que la sculpture de Chadi Ayoub qui trônait derrière le Théâtre du Vieux-Terrebonne (TVT) et qui avait été endommagée sera retravaillée par l’artiste. « Nous verrons si nous la réinstallerons l’année prochaine », dit-il simplement à ce sujet.    

vernissage2

©Stéphane Fortier - La Revue

Chadi Ayoub dans son atelier du Vieux-Terrebonne.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média