Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Culturel

Retour

20 septembre 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Quand une vache fait l’unanimité

1421delaunais2

©courtoisie

« La Nourricière » de l’artiste peintre Hélène Delaunais a remporté la médaille d’or de l’exposition internationale du CAPSQ à Paris.

La vache (toile intitulée La Nourricière) présentée par l’artiste peintre Hélène Delaunais à une exposition internationale qui se tenait à Paris du 2 au 8 septembre a remporté les grands honneurs de la compétition qui se tenait pour l’occasion.   

Cette compétition, qui avait lieu lors de la 51e exposition internationale du Cercle des artistes peintres et sculpteurs du Québec (CAPSQ), se déroulait à la Salle Royale de l’église de la Madeleine. « La décision des juges, des artistes renommés de la France, aurait été unanime en faveur de mon œuvre, selon Mireille Forget, présidente du CAPSQ. C’est d’ailleurs elle qui m’avait fortement recommandé de présenter cette œuvre », de dire celle qui était plutôt reconnue pour ses portraits. Hélène Delaunais ne tarit pas d’admiration envers Mireille Forget. « Mireille Forget n’est pas n’importe qui dans le milieu. Elle a été une enfant de Duplessis enfermée dans une prison à l’âge de 10 ans seulement. Elle a fondé le CAPSQ, et le grand Guy Robert, fondateur du Musée d’art contemporain de Montréal, a écrit un livre sur le CAPSQ. De grands noms de la peinture ont passé par le CAPSQ, tels Alfred Pellan ou Tex Lecor. Elle a maintenant 76 ans et elle continue d’aider les artistes à parfaire leur curriculum vitae artistique. Elle a été professeure de peinture à Terrebonne plusieurs années, elle avait fondé avec M. Guillement l’École Supérieure de Peinture », de rappeler Mme Delaunais, qui ne prétend pas être du même calibre, loin de là. « C’est étonnant. Avant que je gagne ma première médaille, j’en ai mangé, de la misère. Et en plus, il y en a qui ont beaucoup plus de talent que moi », nous confie-t-elle en toute modestie. Comment explique-t-elle alors son succès? « Je sais capter l’émotion des gens, pas par ma technique, mais par l’émotion », croit-elle.

Les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là pour Hélène Delaunais. « J’ai été approchée afin d’être membre du conseil d’administration de l’Orchestre classique de Terrebonne, qui a pour mission de promouvoir la grande musique classique dans notre belle région, mais qui ajoutera aussi un volet art visuel, dont je m’occuperai », se réjouit l’artiste peintre, qui attend impatiemment de recevoir sa médaille. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média