Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Sports

Retour

28 septembre 2021

En mémoire d’Émilie

CLASSIQUE ÉMILIE MONDOR

2021mondor

©Mégane Garceau - La Revue

La Classique Émilie Mondor s’est déroulée les 25 et 26 septembre.

La 12e édition de la Classique Émilie Mondor s’est tenue, comme le veut la tradition, au parc du Grand-Coteau, à Mascouche. Ce défi annuel lancé aux petits et grands coureurs en mémoire de la coureuse olympique mascouchoise a réuni plus de 900 participants, les 25 et 26 septembre.

Pour cette année particulière, beaucoup d’efforts ont été faits afin d’offrir au public un événement en présentiel à la fois sécuritaire et plaisant. Le nombre maximal de 150 coureurs par course était imposé et les organisateurs ont repensé l’entièreté des parcours pour éviter que les participants se croisent.

Les courses ont aussi été divisées sur deux jours. Les épreuves des 15 km, 10 km et l’Extrême 8, destinées à un public plus âgé, ont eu lieu le samedi, alors que les 5 km, 3 km, l’Extrême 3, le 1 km – 12 ans et moins, le 1 km – 12 ans et plus et le 600 mètres, pour un public plus familial, ont eu lieu le dimanche en matinée. L’écho des cris d’encouragement et des acclamations à la ligne d’arrivée s’est fait entendre jusqu’à l’orée du bois où se déroulaient les parcours.

« Nous avons reçu beaucoup, beaucoup de positif. Autant des clients, des participants que du comité d’organisation », s’est réjouie la présidente du comité organisateur et mère d’Émilie, Nicole Demers-Mondor. La 12e édition de ce rendez-vous sportif avait pour porte-parole et ambassadeur le journaliste et animateur sportif à RDS Frédéric Plante.

Tout le monde est gagnant

Les coureurs ont eu droit à des conditions de course idéales sous un soleil radieux. À la ligne d’arrivée, on pouvait voir sur les visages une immense fierté. « Quand ça devient difficile, je pense à l’arrivée et aux gens qui nous encouragent », a commenté la coureuse arborant le numéro 540, Annabelle Morin.

L’objectif de cette activité familiale n’était pas de réaliser un temps record, mais de s’amuser et de se dépasser. La mère d’Émilie a raconté avoir vu des gens de tous âges et de toutes les conditions physiques participer aux différentes éditions. « C’est un événement humain avec des défis personnels. Quand on dit : "Se dépasser, c’est gagner", eh bien! tout le monde est gagnant, ici », a-t-elle lancé. De ce fait, tous les participants ont eu droit à une médaille soulignant leur persévérance.

Participer pour redonner

Tous les profits qui ont été amassés par la vente des billets et de vêtements emblématiques seront redistribués parmi divers organismes. Le Défi d’Émilie soutient financièrement les activités de course en milieu scolaire dans les neuf écoles primaires de Mascouche, les groupes de course Émilie Mondor et contribue au Programme québécois de développement des athlètes. « Elle (Nicole Demers-Mondor) est très généreuse. Elle donne sans compter », a témoigné une bénévole à l’événement, Sophie Dufault.

Texte : Mégane Garceau

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média