Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Sports

Retour

06 octobre 2021

Pierre-Luc Chenel - redactionlarevue@lexismedia.ca

La région n’y échappe pas!

PÉNURIE D’ARBITRES AU HOCKEY

2121arbitre

©Depositphotos

La façon dont les arbitres sont traités par les bénévoles et les parents peut expliquer en bonne partie la pénurie actuelle, croit Martin Daignault, président de l’AHMM.

Après une pause d’une saison, les parties de hockey mineur sont de retour dans les arénas de la région. Toutefois, après les mesures sanitaires qui ont mis le bâton dans les roues des associations de hockey mineur, un autre enjeu se pointe à l’horizon : la pénurie d’arbitres.

Selon les vérifications menées par Alain Tardif, vice-président des opérations chez Hockey Laurentides-Lanaudière, une baisse de 45 % des officiels a été notée. Habituellement, cette baisse se situe entre 5 et 10 % par année.

Martin Daignault, président de l’Association de hockey mineur de Mascouche (AHMM), s’attendait à une diminution de 20 % des inscriptions du côté des joueurs cette saison-ci, mais cela n’est pas le cas. « Je n’aurai pas moins d’équipes et moins de matchs. Si on a un problème sur le plan des arbitres, on va le ressentir assez rapidement, dit-il. L’an passé, plusieurs jeunes avaient manifesté le désir d’arbitrer dans le novice, mais il n’y a finalement pas eu de saison. »

Cette situation pourrait avoir des conséquences sur le calendrier et, dans le pire des scénarios, des rencontres seront retirées. « On a une certaine période pour jouer tous nos matchs et si on manque d’arbitres, on aura des matchs annulés et ça aura un impact, avoue Martin Daignault. À un certain moment, d’autres sports débutent. »

Qu’est-ce qui cause cette pénurie? Le président de l’AHMM soutient qu’il s’agit d’une accumulation de situations et que la perception du travail des arbitres est à valoriser. « La façon dont les arbitres sont traités par les bénévoles et les parents a un impact, a-t-il répondu. Il faut garder en tête que nos jeunes qui jouent sont en apprentissage et ne sont pas des professionnels; c’est la même situation pour les arbitres. »

« Dans les dernières années, l’utilisation du brassard rouge indiquant que l’arbitre était un débutant et qu’il n’y aurait aucune tolérance au sujet de l’abus verbal a aidé, mais c’est un gros processus d’éducation », ajoute-t-il.

Martin Daignault est clair, il n’y a pas de hockey sans les arbitres et ils ont un rôle important à jouer. La perception de leur travail doit être améliorée, car plusieurs officiels sont aussi des joueurs. « Tout passe par l’éducation et la valorisation, conclut le président. Ceux qui sont joueurs et arbitres, ce sont habituellement des joueurs exemplaires avec les arbitres. Il n’y a pas de secret, tu dois te mettre dans la peau de la personne que tu critiques et ton opinion peut rapidement changer. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média