Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

27 octobre 2021

Gilles Bordonado - gbordonado@lexismedia.ca

Parlons sports

LIBRE OPINION

Gilles Bordonado

Gilles Bordonado, éditeur et directeur du développement des affaires de La Revue.

Je suis tanné de parler d’élections. Je vais donc faire un Ron Fournier de moi. Difficile de passer sous silence l’arrivée de nombreux athlètes québécois dans nos différentes équipes professionnelles.

Est-ce le discours très nationaliste du premier ministre François Legault, qui frappe dans le mille, mais il semble que cette fierté du « produit sportif québécois » percole même chez les Canadiens. Il y en a cinq dans l’équipe. C’est trois de plus que l’an passé.

Victimes d’un difficile début de saison qu’ils sauront surmonter, à mon avis, nos Glorieux en ont aussi embauché en quantité industrielle dans leurs clubs-écoles. La moitié de l’équipe parle français au Rocket de Laval dans la ligue américaine et ils le parlent tous, sauf deux joueurs, chez les Lions de Trois-Rivières dans la ECHL. Et ces équipes font assez bien, merci. Il ne reste plus qu’à se débarrasser du recruteur Timmins, un incompétent de première, selon moi. Il disait avoir un préjugé favorable pour les Québécois, mais n’en recrutait jamais.

Je regarde religieusement les parties du Club de Foot Montréal et je suis impressionné par la qualité du jeu des joueurs francophones de l’équipe.

Le leader du groupe, le Québécois Samuel Piette, souvent capitaine de la formation, offre du jeu rugueux en défense et montre une inspirante vaillance au travail. Il ne lâche jamais. Et que dire du jeune Mathieu Choinière. Quel talent pour un petit gars de 22 ans! Et James Pantémis, un autre Québécois, qui garde les buts avec l’assurance d’un vétéran.

J’aime bien aussi le Français Camacho lorsqu’il garde la tête froide. Pas assez souvent malheureusement. Il ne finira cependant pas sa carrière ici. Un autre qui partira, ce qui est immensément triste, c’est le jeune Américain Djordje Mihailovic. Quel milieu de terrain! Je ne doute pas que le CF Montréal recevra une offre financière d’un club européen pour l’acquérir.

L’attaquant hondurien Romell Quioto, qu’on disait ingérable, a du chien en masse, comme l’excellent entraîneur Wilfried Nancy, un Français qui connaît bien son foot. Malgré tous les blessés, l’équipe est tout près d’une place en série, un exploit en soi

Parlant de Québécois, on en compte une quinzaine avec les Alouettes. On voit bien que le directeur général, Danny Maciocia, est Montréalais. Il met nos gars en vitrine. Ils n’ont pas tous des rôles très prestigieux, mais ils font bien le travail. Qui aurait cru qu’un botteur de précision, David Côté, viendrait un jour du Québec? Notre province produit plusieurs des meilleurs joueurs de football au pays et ça paraît dans l’alignement de notre équipe locale.

Un mot, en terminant, sur le baseball. Certains diront que j’ai un parti pris parce que je suis un ex-joueur et entraîneur de soccer, mais je m’oppose totalement à la construction d’un stade de baseball avec l’argent public pour une demi-équipe venant de Tampa Bay. À ce que je sache, les Saputo ont payé le stade du CF Montréal de leurs poches et les Canadiens aussi pour le Centre Bell. Pourquoi payerait-on pour un stade de balle pour une équipe à temps partiel sur un site au fort potentiel de développement?

Commentaires

29 octobre 2021

Henri Suzanne

Une excellente idée!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média