Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

03 novembre 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Christian Vaillancourt, homme de fer

2221ironman

©courtoisie

Le Terrebonnien Christian Vaillancourt participera au championnat du monde Ironman qui se tiendra à Kailua-Kona, à Hawaï, le 8 octobre 2022.

Le Terrebonnien Christian Vaillancourt vient de réaliser son rêve en se classant pour participer au championnat du monde Ironman qui se tiendra à Kailua-Kona, à Hawaï, le 8 octobre 2022.

Il convient tout d’abord de rappeler en quoi consiste un Ironman. Il s’agit d’une compétition divisée en trois épreuves du triathlon, soit la natation, le vélo et la course. Les athlètes doivent parcourir 3,8 km à la nage en eau libre, 180 km à vélo et pour finir, ils doivent réaliser un « petit » marathon de 42,2 km.   

Pour se classer, il fallait à Christian Vaillancourt terminer dans les trois premiers dans sa catégorie, les 50-54 ans, lors d’une compétition Ironman, ce qu’il a réussi au Maryland, le 18 septembre. À 50 ans, il s’est classé 2e dans sa catégorie, qui comptait 300 participants provenant d’un peu partout dans le monde, et 9e au total sur les 1 900 athlètes. Tout un exploit! « Au départ, j’étais inscrit au Ironman de Mont-Tremblant en août, mais il a été annulé en raison de la COVID. Avec cette annulation, j’ai eu la possibilité de transférer mon inscription à Penticton en Colombie-Britannique le 26 septembre, mais lui aussi a été annulé trois semaines avant mon départ, car les cas de COVID se sont mis à augmenter en flèche dans ce secteur. J’ai donc eu la chance de transférer mon inscription à nouveau, mais cette fois-ci au Maryland, le 18 septembre. Je n’ai pas hésité une seconde, bien que voyager aux États-Unis était beaucoup plus compliqué », rapporte M. Vaillancourt, qui est chef de la maintenance de l’usine LSR d’Énergir.    

Depuis dix ans

Avant de se consacrer au Ironman, l’athlète avait participé à des demi-Ironman. « Ces compétitions consistent à réaliser la moitié des distances à parcourir pour un Ironman normal, et ce, dans chacune des épreuves », précise le Terrebonnien. Après plus de dix ans à aimer ce sport qu’est le triathlon et de longues heures d’entraînement, Christian Vaillancourt a finalement atteint ce qu’il qualifie d’« Olympiques du Ironman.

Avant de compétitionner dans les Ironman, M. Vaillancourt devait travailler à améliorer une de ses faiblesses. « Si ma force est la natation, parce que je nage depuis mon tout jeune âge et que c’est pour moi naturel, ma faiblesse était dans la course. La pandémie m’aura permis de m’entraîner fort pour améliorer cet aspect », relate-t-il.

Après son Ironman au Maryland, Christian Vaillancourt a pris trois jours de repos. « Il faut savoir prendre des pauses, mais en même temps, il ne faut jamais arrêter de s’entraîner », affirme-t-il.

Ce qu’il craint à Hawaï, où tous les meilleurs au monde se retrouveront? « La chaleur. Ce sera difficile. J’ai un peu de difficulté à composer avec la chaleur », confie-t-il. Et Dieu sait qu’à Hawaï, il fait chaud, même en octobre.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média