Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

10 novembre 2021

Valérie Maynard - vmaynard@lexismedia.ca

Le capitaine Potvin-Larrivée en direct du Koweït

JOUR DU SOUVENIR

2621gabriel potvin

©courtoisie

Le capitaine Gabriel Potvin-Larrivée au Koweït.

Petit garçon, il aimait contempler le monument des Braves, érigé devant l’Île-des-Moulins en hommage aux anciens combattants. « Ça m’inspirait », dit-il. Aujourd’hui devenu un officier des Forces armées canadiennes, Gabriel Potvin-Larrivée, 34 ans, se prépare à rentrer au pays, après une mission de six mois au Moyen-Orient. Discussion d’outremer avec le capitaine Potvin-Larrivée.   

« Depuis le mois de juin, je suis au Moyen-Orient, plus précisément au Koweït, dans le cadre de l'Opération impact, avec le 3e Bataillon du Royal 22e Régiment. Je reviens chez moi, à Terrebonne, vers la fin de novembre. J’ai hâte de retrouver ma famille et mes amis », raconte-t-il, directement du Koweït.

Après des études universitaires en finances, Gabriel Potvin-Larrivée rêvait de nouveaux défis et de voyages. C’est dans cette foulée qu’il s'est engagé, il y a quatre ans, auprès des Forces armées canadiennes, une décision qui allait de soi pour le jeune homme. Déployé depuis bientôt six mois sur une base américaine au Koweït, il travaille comme officier logistique, parmi 300 autres militaires, à raison de six jours par semaine. C’est lui qui assure notamment le suivi avec les fournisseurs locaux, les locations de véhicules et les divers contrats d’entretien. Son travail exige des déplacements dans certaines villes du Koweït, essentiellement pour rencontrer des fournisseurs. À quelques reprises, le capitaine a aussi dû se rendre en Irak, un périple qui, chaque fois, commande quelques précautions. « Les gens du Koweït sont généralement accueillants et contents de faire affaire avec des Canadiens. C’est un pays assez stable où le risque est bien géré. » En territoire irakien, c’est un peu différent. « Disons que là-bas, il y a toujours une certaine menace qu’on ne peut ignorer », illustre-t-il.

Retour au pays

Pour garder le moral et la forme, le capitaine Potvin-Larrivée se fait un devoir de participer aux activités d’entraînement organisées au camp. Le jour de notre appel, le 21 octobre, il prenait part à la journée sportive, dédiée au moral des troupes. Ce jour-là, le thermomètre frôlait les 40 degrés Celsius. « L’été, ça grimpe à 55 degrés. C’est assez pénible, mais on s’habitue et on s’hydrate bien », relativise-t-il.

À son retour au pays, le capitaine Potvin-Larrivée profitera d’un congé bien mérité d’un mois et demi parmi les siens avant de joindre la Garnison Longue-Pointe, à Montréal. Et compte-t-il repartir à l’étranger? « Oui, mais pas avant la prochaine année », lance-t-il. D’ici là, il s’attend à participer à des opérations à l’intérieur des frontières du Canada.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média