Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culturel

Retour

10 décembre 2021

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Un enseignant du cégep en lice pour un prix littéraire

3121prof

©Stéphane Fortier - La Revue

Vincent Brault, un professeur de philosophie au Cégep à Terrebonne, est en lice au Prix des libraires du Québec.

Vincent Brault, un professeur de philosophie à la constituante de Terrebonne du Cégep régional de Lanaudière, est en lice pour le Prix des libraires du Québec.

En effet, son roman intitulé Le fantôme de Suzuko est en nomination dans la catégorie Roman/Nouvelles/Récits québécois. La décision du jury sera connue au printemps.

À quoi attribue-t-on cette nomination? « J’imagine que mon roman doit se démarquer des autres titres. On parle ici de réalisme fantastique et au Québec, c’est une idée plutôt marginale de mêler le littéraire et le fantastique, explique Vincent Brault, qui en est à son troisième roman du genre. J’imagine que la forme et le style se distinguent aussi des autres. »

Typiquement japonais

Le fantôme de Suzuko, édité chez Héliotrope, trouve son inspiration directement du Japon. « Mon roman a été entamé en 2018 lors d'une résidence d'artiste de trois mois dans une galerie d'art contemporain de Tokyo, le Tokyo Art and Space. J'y ai mené des entrevues avec des Japonais et des Japonaises qui ont vu des yōkai, un type particulier de fantôme japonais. Mon roman est inspiré de certaines de ces histoires », décrit Vincent Brault, qui est à mettre la dernière main sur un livre regroupant différentes histoires de fantômes, mais québécois cette fois, livre qui devait être publié en 2023.

L’enseignant et auteur en était à son deuxième périple au Japon et il entend bien y retourner. « J’ai gardé des liens avec les gens de là-bas et durant mon deuxième séjour, j’ai eu la chance d’avoir beaucoup d’aide dans mes recherches », mentionne celui qui a passé ces trois mois à Tokyo, une ville de 38 millions d’habitants.

Pour lui, ce roman s’inscrit dans la continuité de ce qu’il a fait auparavant. « J’aime travailler sur le fantastique, la mort. Et au Japon, un fantôme n’est pas mort au sens où on l’entend. Il est toujours présent et il se réincarnera éventuellement », révèle Vincent Brault.   

L’histoire

L'action se déroule au cœur de Tokyo, entre une galerie d'art contemporain, le fleuve Sumida et le marché aux poissons de Tsukiji. Un Montréalais retourne au Japon, où son amoureuse a disparu dans des circonstances singulières. Ainsi commence cette histoire d'amour et de deuil, un récit sur la présence des absents. Dans ce roman sensuel et déroutant se croisent une femme aux paupières incandescentes, un peintre serbe, une taxidermiste, des flamants roses et des corbeaux, une renarde et des chats sans queue.

On peut se procurer le roman de Vincent Brault dans toutes les librairies et sur le site de la maison d’édition Héliotrope.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média