Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

20 décembre 2021

Valérie Maynard - vmaynard@lexismedia.ca

Peu de nouvelles mesures, estiment les députés bloquistes

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE

3221économique1

©courtoisie

Luc Thériault, député de Montcalm.

D’avis que la mise à jour économique du gouvernement Trudeau qui refuse toute augmentation du financement fédéral des soins de santé représente une amorce de conflit avec le Québec et les provinces, les députés bloquistes de Montcalm et de Terrebonne s’expliquent bien mal cette décision.

« Le message du gouvernement Trudeau est clair : parce qu’il juge avoir suffisamment dépensé l’an dernier pour la pandémie, il refuse de faire sa part dans le financement des soins de santé. C’est injustifiable! Les dépenses liées à la COVID-19 ayant répondu à une urgence, ce ne sont pas des dépenses récurrentes, tandis que le sous-financement fédéral de la santé est un problème permanent qui étrangle les finances du Québec et des provinces. En faisant cela, Ottawa perpétue le déséquilibre fiscal et fait fi des leçons qu’il aurait fallu tirer de la pandémie. Justin Trudeau n’a clairement pas entendu l’appel à l’aide du personnel soignant », a dénoncé le député de Montcalm, Luc Thériault.

Travailleurs aînés

Si l’annonce du gouvernement concernant l’indemnisation de 742,4 M$ pour les travailleurs aînés subissant des coupes de leur Supplément de revenu garanti (SRG) pour avoir légitimement reçu de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) durant la première vague de la pandémie satisfait en partie les bloquistes, il en va tout autrement pour la date du paiement unique prévu en mai 2022. « Nous saluons qu’il y ait des sommes pour les travailleurs aînés. Mais mai 2022, c’est très tard. On parle ici d’aînés parmi les moins nantis, qu’Ottawa prive de centaines de dollars chaque mois depuis juillet. Ces gens-là ne peuvent pas se permettre cinq mois de plus de précarité alors que plusieurs en sont rendus à se priver de médicaments ou à vendre leurs biens et que l’inflation fera grimper le prix du panier d’épicerie de 7 %. Le gouvernement doit accélérer le versement », s’inquiète la députée de Terrebonne, Nathalie Sinclair Desgagné.

Cette dernière se dit par ailleurs préoccupée par le peu de nouvelles mesures contenues dans la mise à jour économique. « C’est un exercice digne d’un gouvernement épuisé. La mise à jour n’offre aucune réponse à la pénurie de main-d’œuvre, aucune piste de réflexion visant l’augmentation de la productivité et présente une sous-estimation considérable de l’ampleur des problèmes d’approvisionnement reflétée par de maigres pistes de solution. Les mesures de lutte aux paradis fiscaux annoncées le printemps dernier sont aussi repoussées à plus tard, sinon carrément disparues du radar. Alors qu’on est en plein cœur de la relance, difficile de distinguer un leadership de la part d’Ottawa en matière économique », a-t-elle conclu.

sinclair desgagné nathalie

©courtoisie

Nathalie Sinclair Desgagné, députée de Terrebonne.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média