Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

05 janvier 2022

Gilles Bordonado - gbordonado@lexismedia.ca

Imprévoyance

LIBRE OPINION

Gilles Bordonado

Gilles Bordonado, éditeur et directeur du développement des affaires de La Revue.

Ne vous sentez-vous pas un peu comme en mars 2020, alors que la COVID déferlait sur le Québec? Je consulte religieusement les données de la Santé publique et il était prévisible que le virus allait nous frapper durement pendant les Fêtes. Omicron ou non.

À mon avis, il aurait été possible d’éviter la grande improvisation qui frappe le Québec actuellement en répondant aux cinq questions suivantes :

1- Pourquoi a-t-il fallu des semaines à Santé Canada pour autoriser la vaccination chez les 5 à 11 ans, alors que le sujet est à l’étude depuis des mois? Ce retard a eu des effets dévastateurs. Tout l’automne, le nombre de cas chez les élèves du primaire et leurs parents était en forte hausse avec le variant Delta. Les classes fermaient en quantité industrielle, au point où certaines écoles complètes devaient fermer leurs portes. Le Canada a bougé, trop tard.

2- Quand Omicron a déferlé au début de décembre, pourquoi Québec a-t-il attendu à la dernière minute pour décréter un congé des Fêtes plus long? Cet attentisme coûtera des semaines de retard scolaire en janvier. Les cas se multipliaient en Europe et aux États-Unis, mais ici, on croyait, par je ne sais quel miracle, qu’on éviterait Omicron. Québec a bougé, trop tard.

Publicité

Défiler pour continuer

3- Pourquoi la Santé publique du Québec s’est-elle entêtée à retarder la troisième dose, qui aurait pourtant permis d’éviter une bonne partie des hospitalisations à cause d’Omicron? Six mois, c’était six mois. Québec a plié, trop tard.

4- Pourquoi Québec n’a-t-il pas distribué les tests rapides dont il disposait et auxquels il avait droit? On a bougé tardivement, au point où une minorité de gens ont accès à ces tests. En catastrophe, Québec en a commandé des millions, qui ne sont pas arrivés. Les centres de dépistage sont donc débordés, la prise de rendez-vous est longue et compliquée, les résultats des tests prennent des jours à arriver et le virus se propage. Québec a bougé, trop tard.

5- Finalement, pourquoi Québec ne rend-il pas la vaccination obligatoire? Les non-vaccinés représentent 50 % des hospitalisations et propagent la maladie à vitesse grand V. Encore là, on attend. Le pire, c’est qu’on en viendra bientôt à ça…

Dans ces questions, des constantes : des délais incompréhensibles, de l’entêtement inexplicable et un excès de confiance injustifiable qui expliquent pourquoi le virus a eu des effets dévastateurs lors de la première vague et de la vague actuelle et qui mènent à une série de gestes improvisés. Ça a coûté des milliers de vies au printemps 2020 et ça fout notre système de santé en l’air actuellement.

Je garde en mémoire d’autres situations : la réflexion du premier ministre qui souhaitait des réjouissances à 20-25 personnes pendant le temps des Fêtes; les appels à la mobilisation dans les CHSLD et dans le réseau de la santé lancés dans le vide par la ministre McCann au printemps 2020, alors que la maison était en feu; les propos du Dr Arruda disant que les masques n’étaient pas indispensables; les reculs du ministre Dubé sur l’obligation de la vaccination chez les employés de la santé; et finalement, le manque d’équipements et de ressources humaines dans ce secteur, un autre élément prévisible qui amène les improvisations actuelles.

Heureusement, le variant Omicron semble moins virulent. L’imprévoyance récente de Québec et d’Ottawa nous coûtera cependant bien cher. Des milliers de travailleurs et d’élèves sont bloqués à la maison; des entreprises sont en détresse à cause de leur fermeture forcée et par manque de personnel, et des gens seront malades alors qu’on aurait pu l’éviter. S’y ajoutent une montée de la détresse psychologique de certains et des patients dont les chirurgies seront encore retardées.

Je le répète, des délais incompréhensibles, de l’entêtement inexplicable et un excès de confiance injustifiable. De l’imprévoyance.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média