Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culturel

Retour

12 janvier 2022

Valérie Maynard - vmaynard@lexismedia.ca

Si Terrebonne m’était contée

« J’AI ENCORE D’QUOI À DIRE »

3522paroles en héritage p

©courtoisie

Olivier Lamarre et Valérie Bizier.

En quête des histoires de gens qui ont habité et façonné Terrebonne, le duo d’artistes Valérie Bizier et Olivier Lamarre a lancé, en 2020, le projet J’ai encore d’quoi à dire, qui réunissait les témoignages et récits de 15 personnes âgées de 64 à 101. En 2021, le couple récidive en donnant la parole cette fois à 13 personnes de 54 à 95 ans ayant vécu dans les secteurs Lachenaie et La Plaine, à Terrebonne. Le résultat est magnifique, émouvant et combien intéressant.

« On a réalisé qu’on n'avait aucune trace de la voix de nos grands-parents. On voulait entendre le grain de leur voix. On a choisi de faire des enregistrements sur bande audio de ces récits pour que ça vive dans le temps », explique Olivier Lamarre.

Eux-mêmes surpris par l’efficacité du bouche-à-oreille qui leur a donné un vaste bassin de candidats, Valérie et Olivier ont rapidement constaté combien les gens avaient de choses à dire, et combien ils aimaient se raconter. « Ils ont tous été tellement généreux! Ça se voyait qu’ils prenaient ça à cœur », souligne Valérie Bizier. « Ils nous ont accueillis dans leur maison, dans leurs souvenirs. C’est maintenant notre responsabilité de prendre soin de tous ces témoignages », ajoute-t-elle.

Terrebonne d’antan

Au fil des rencontres, des liens se sont tissés. « On reconnaît les lieux qui nous sont racontés. On les fréquente encore aujourd’hui. On habite les maisons qu’ils ont bâties », illustre Valérie. L’entraide était omniprésente dans ce temps-là, croit-elle. « À La Plaine par exemple, pour avoir des parcs, les voisins prenaient leur pelle le samedi et allaient défricher. Le maire envoyait ensuite les employés municipaux pour niveler le terrain. Il n’y avait pas la lourdeur administrative que l’on vit aujourd’hui! »

« En 2020, les gens nous ont fait découvrir le Terrebonne d’avant. Avec cette nouvelle édition, ils nous font voyager encore plus dans cette histoire qui est aussi la nôtre », évoque Olivier.

Pour écouter les récits recueillis dans le cadre des éditions 1 et 2 de J’ai encore d’quoi à dire : www.parolesenheritage.com.

Les portraits et les textes des participants de la deuxième édition sont exposés à la bibliothèque de Lachenaie jusqu’au 31 janvier, puis le seront à la bibliothèque de La Plaine du 5 février au 27 mars.

Ce projet de cocréation sonore et visuel et de mise en valeur du patrimoine oral a été réalisé dans le cadre d’une entente culturelle entre la Ville de Terrebonne et le ministère de la Culture et des Communications.

Commentaires

19 janvier 2022

Anik Déry

Je salue cette belle idée. Encore Bravo !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média