Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

14 janvier 2022

Valérie Maynard - vmaynard@lexismedia.ca

Un casse-tête pour tout le monde

RETOUR EN CLASSE EN PRÉSENTIEL

3622rentrée scolaire

©archives

La rentrée scolaire en présentiel est prévue le 17 janvier pour le personnel et le 18 pour les élèves.

Le très attendu retour en classe des élèves, prévu le 17 janvier, est jonché de contraintes et se révèle un véritable casse-tête. Et ça commence par une journée pédagogique, décrétée le lundi 17 janvier, dans l’ensemble des établissements scolaires de la région, à l’exception du CFP des Moulins. Le Centre de services scolaire des Affluents (CSSDA) en a fait l’annonce aux parents d’élèves par courriel le 13 janvier.

« Le défi est de connaître et de mesurer le taux d’absentéisme du personnel. La journée pédagogique de lundi va nous permettre d’avoir un portrait réel de la situation », explique le porte-parole du CSSDA Éric Ladouceur. Pour l'heure, la possibilité de faire appel à des ressources externes pour remplacer le personnel enseignant en cas s’absence ou pour assurer la surveillance des élèves est envisagée. Le recrutement parmi les parents d'élèves n'est pas exclu.

Le CSSDA demande également aux parents, malgré l’ouverture du service de garde, de garder leurs enfants à la maison le 17 janvier « lorsque cette option est possible et sécuritaire », ceci afin d’alléger la charge de responsabilité des services de garde.

Préoccupations du SERM

Publicité

Défiler pour continuer

Du côté du Syndicat de l’enseignement de la région des Moulins (SERM), bien qu’on assure que le personnel enseignant souhaite un retour rapide des élèves à l’école, son président, Jean-Louis Bray, ne cache pas son inquiétude face aux risques de propagation du virus et insiste pour que les mesures de sécurité mises en place soient bonifiées et suffisantes « pour que nos écoles et nos centres ne soient plus les principaux milieux d’éclosion du virus ».

En tête de liste de ces mesures, une ventilation plus adéquate des établissements solaires est requise, estime-t-il. « Comment est-ce possible que le 6 janvier dernier, le gouvernement annonçait l’installation prochaine de lecteurs de CO2 et nous demandait encore d’ouvrir les fenêtres des salles de classe? Pourquoi en sommes-nous encore à mesurer la qualité de l’air alors que nous devrions déjà avoir amélioré la ventilation de nos écoles? » soulève-t-il.

Interrogé sur cette situation, M. Ladouceur s’est fait rassurant, soulignant qu’à ce jour, des détecteurs de CO2 ont déjà été installés, ou le seront à très court terme, dans pratiquement toutes les écoles du territoire et que les classes sans fenêtres sont déjà munies d’un système de ventilation mécanique, ce qui assure une meilleure qualité de l’air.

Un retour en classe, mais pas à n’importe quel prix

Un sondage-éclair effectué par la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) auprès des enseignantes et enseignants révèle que, à la question « Souhaitez-vous le retour en présentiel, comme prévu, le 17 janvier? », près de 70 % des 21 000 répondants du secteur des jeunes ont répondu « oui ». Cependant, près de la moitié d’entre eux exigent aussi des mesures supplémentaires pour assurer leur sécurité et celle des élèves. « La propagation du virus est bien réelle. Il va aussi falloir faire confiance à nos enseignants », termine M. Bray.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média