Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

22 mars 2022

Valérie Maynard - vmaynard@lexismedia.ca

1 000 grues pour la paix

ÉCOLE SECONDAIRE ARMAND-CORBEIL

4522origami

©courtoisie

Samedi, 1 000 grues conçues et assemblées par les élèves d’Olga Reshetnikova ont été accrochées aux branches de l’arbre devant le consulat russe à Montréal, en guise de symbole de paix.

Le 19 mars, Olga Reshetnikova, une enseignante d’anglais au programme d’éducation internationale à l’école Armand-Corbeil, à Terrebonne, s’est rendue à Montréal, devant le consulat russe, avec une chaîne de 1 000 grues en papier. Conçues, pliées et assemblées par ses élèves de 1re secondaire, les grues, aussi appelées origamis, portent toutes la même inscription : Ceci est notre cri. Ceci est notre prière. Paix dans le monde.

Quand la guerre a éclaté en Ukraine, son pays d’origine, Olga Reshetnikova a figé. « J’étais sous le choc. Je ne me sentais plus vivante. Puis, j’ai eu envie de faire quelque chose. Je voulais être utile », dit-elle. Elle a alors parlé de son pays à ses élèves, des beautés de l’Ukraine et de la guerre qui y fait maintenant rage. « Mes élèves étaient très émotifs. Ils avaient beaucoup de questions. Puis on a décidé de faire un vœu ensemble : NO WAR in Ukraine », relate celle dont les parents et la sœur ont été contraints de fuir leur pays pour trouver refuge en Roumanie.

C’est alors qu’Olga a eu l’idée de s’inspirer de l’histoire de Sadako, une petite fille japonaise qui a développé une leucémie après le bombardement nucléaire sur Hiroshima et qui est devenue le symbole de tous les enfants décédés durant la Deuxième Guerre mondiale. « Selon cette légende, si quelqu’un plie 1 000 grues en papier, son vœu se réalisera. Mes élèves ont fait leur vœu et ils ont plié 1 000 grues », explique-t-elle. Puis, ils les ont attachées ensemble. C’est cette longue chaîne qu’Olga est allée accrocher aux branches de l’arbre devant le consulat russe. « Je sais que les autorités vont les décrocher. Mais c’était important de le faire quand même, en soutien à tous les Ukrainiens. »

Dons pour la communauté ukrainienne

Les élèves de Mme Reshetnikova ne se sont pas limités à la confection des 1 000 grues. Ils ont aussi amassé des produits de première nécessité et des denrées qui seront envoyés en Ukraine : nourriture pour bébés, vêtements pour tout-petits et nouveau-nés (neufs), biberons, lingettes humides, crèmes contre l'érythème fessier des bébés, bougies, allumettes, piles, lampes de poche, sacs de couchage, chandelles, articles d'hygiène personnelle, denrées non périssables et divers médicaments. « On a remis 48 boîtes de dons à l’église ukrainienne Saint-Michel de Montréal », raconte Mme Reshetnikova. Un montant de 1 000 $, aussi amassé par les élèves, sera également remis à la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants, spécifiquement pour les jeunes patients ukrainiens atteints de cancer.

Commentaires

24 mars 2022

Océane Turcotte

Bonjour, je suis une élève de première secondaire, ayant participé au magnifique projet de mon enseignante Mme Reshetnikova. Je trouve ceci très touchant et un beau soutien envers l’Ukraine!! Mme Reshetnikova est très touchée par ce qui ce passe dans son pays d’origine en ce moment même. Puis, je trouve que ceci est une très belle façon de montrer notre soutien envers l’Ukraine et notre empathie envers Mme Reshetnikova.

3 avril 2022

jasmin, pierre

Quel bel exemple d'art pour la paix! Au lieu d'exprimer la haine, des enfants plient des origamis inspirés d'Hiroshima. Au lieu d'envoyer des armes et de s'en vanter comme font nos politiciens, ces enfants sont inspirés par l'exemple de Joane Liu et des Médecins sans Frontières qui apportent leurs soins aux Ukrainiens blessés et créent, comme les Artistes pour la Paix.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média