Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

30 mars 2022

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

En cadence vers la conquête du monde pour deux patineuses moulinoises

462championnat v

©courtoisie

Karianne et Anouk Bégin, médaillées d’or canadiennes en patinage synchronisé, ont rendez-vous avec le monde les 8 et 9 avril à Hamilton.

Les 25, 26 et 27 février, à Calgary, avaient lieu les Championnats canadiens de patinage synchronisé. Chez les seniors, on retrouvait deux patineuses de la MRC Les Moulins, soit Karianne Bégin, 24 ans, de Mascouche, et Anouk Bégin, 22 ans, de Terrebonne.

Nos deux patineuses font partie de l’équipe Les Suprêmes et sont revenues de Calgary avec la médaille d’or, se qualifiant du même coup pour les championnats du monde qui se dérouleront à Hamilton en Ontario les 8 et 9 avril. Déjà, en 2020, elles avaient remporté l’or aux mêmes championnats et s’étaient qualifiées pour les championnats du monde à Lake Placid, qui n’ont toutefois jamais eu lieu en raison de la pandémie. Après deux ans de relâche, c’était un grand retour à la compétition.

Domination

À Calgary, c’est avec une magnifique performance au programme court que Les Suprêmes ont devancé par près de 5 points leurs adversaires. Le lendemain, le programme long s’est révélé encore plus déterminant avec 8 points d’avance. C’est dire à quel point elles ont dominé. Avec un pointage combiné digne des meilleures équipes au niveau mondial, elles ont raflé l’or canadien et se sont donc qualifiées pour les championnats du monde.

Bien que Les Suprêmes aient pris part à plusieurs compétitions internationales, ce sera une première expérience aux championnats du monde. Pour Anouk et Karianne, c’est un peu comme leurs Jeux olympiques. « Ça fait huit ans qu’on rêve d’accéder à cette compétition », nous dit d’entrée de jeu Anouk, elle qui a commencé à patiner à 4 ans. « Moi, je m’étais qualifiée avec l’équipe en 2020, mais la compétition n’a pas eu lieu à cause de la pandémie », renchérit Karianne, qui, elle, a débuté à 6 ans. Toutes deux ont donné leurs premiers coups de patin en individuel jusqu’en 2014. « Nous nous sommes dirigées vers le patinage synchronisé pour l’esprit d’équipe, le sentiment d’être en groupe, de former une famille », justifie Anouk. Les deux s’entraînent cinq fois par semaine à Montréal.

Pas évident de s’entraîner

Au cours des deux dernières années, il n’a pas été évident pour les Moulinoises et leur équipe de s’entraîner. « À cause des restrictions, on ne pouvait même pas se toucher, alors pratiquer certaines chorégraphies était chose impossible, tandis qu’ailleurs, dans d’autres pays, ils pouvaient le faire », soulève Karianne. « Ce n’est que depuis cet été qu’on peut pratiquer des chorégraphes complètes », ajoute Anouk.

Et les championnats du monde leur mettent-ils de la pression sur les épaules? « Bien sûr! Il faut être bien préparées physiquement, mais psychologiquement aussi. Notre psychologue sportive nous a parlé de cette compétition comme étant une célébration, une grande réunion du patinage synchronisé mondial », confie Anouk. « Ce n’est plus le temps d’espérer des résultats à tout prix. Il s’agit juste de montrer qu’on est bonnes et qu’on aime notre sport. Ainsi, ça nous fait moins de pression à supporter », enchaîne Karianne.

Une des équipes à battre à Hamilton allait être les Russes. « Même si elles ne seront pas là en raison des événements en Ukraine, il y a la Finlande qui est très forte, de même que les États-Unis et l’autre équipe canadienne », indique Anouk.

Nos deux patineuses espèrent maintenant que leur sport fera partie des épreuves des Jeux olympiques dans l’avenir afin qu’elles puissent y prendre part.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média