Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

08 avril 2022

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

L’ancienne beurrerie menacée de disparaître

MASCOUCHE

4822beurrerie

©courtoisie

Cette photo de l’ancienne beurrerie a été prise en 1943, donc avant la date indiquée dans l’évaluation foncière. Le bâtiment est encore facilement reconnaissable aujourd’hui.

Le bâtiment du 2855, chemin Sainte-Marie, qui a abrité une beurrerie au 19e siècle et qui est mieux connu des Mascouchois comme étant l’ancienne taverne L’Ambiance du foyer, pourrait devoir subir le pic des démolisseurs ce printemps, ce qui déplaît profondément à la Société d’histoire de Mascouche (SODAM).  

Selon l’évaluation foncière de la propriété, le bâtiment daterait de 1945, mais tout porte à croire qu’il pourrait être plus ancien. Un article du journal Le Nord de 1882 indique qu’on est en train de construire une beurrerie à Mascouche. Un autre article de 1892 parle d’une beurrerie de première classe à Mascouche, à l’emplacement du 2855, chemin Sainte-Marie.

François Tétreault, coordonnateur de la Société d’histoire et directeur adjoint de la SODAM, trouverait vraiment triste que l’on détruise ce bâtiment qui fait partie de la petite histoire de Mascouche. « La grande majorité des citoyens actuels connaissent peu la fonction de beurrerie de ce bâtiment, mais les plus vieux s’en souviennent. À une certaine époque, il y avait quatre beurreries à Mascouche, la municipalité ayant longtemps été très active en matière de production laitière, relate M. Tétreault. Si la valeur patrimoniale du bâtiment est faible, son architecture de style boomtown et son histoire lui donnent de la valeur. C’est une construction typique de la fin du 19e et du début du 20e siècle. »

Selon lui, démolir ce bâtiment engendrerait une cassure dans l’ensemble patrimonial du secteur. « Toutes les maisons autour font partie du patrimoine bâti des années 1880-1930. C’est un ensemble authentique », fait-il remarquer. De plus, toujours d’après François Tétreault, en ce qui a trait à l’écoresponsabilité, il en coûterait moins de reconvertir le bâtiment, de le rénover, de le remettre en valeur en lui apportant une touche moderne que de le démolir.

Après que la demande démolition eut été rendue publique, la SODAM avait dix jours pour s’y opposer. C’est chose faite. « C’était notre devoir de le faire », nous dit M. Tétreault.  

Et la Ville?

Concernant l’immeuble du 2855, chemin Sainte-Marie, tout ce qu’il a été possible de savoir du côté de la Ville de Mascouche, c’est que le conseil rendra sa décision relative à la demande de démolition et au projet de remplacement par résolution lors de la séance du 2 mai. C’est un projet de nature commercial qui est proposé en remplacement du bâtiment existant.

4822beurrerie2

©Stéphane Fortier - La Revue

Le bâtiment tel qu’on peut le voir aujourd’hui

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média