Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

17 mai 2022

Pierre-Luc Chenel - redactionlarevue@lexismedia.ca

Une expérience spéciale, mais de courte durée

0122martineau

©Kyran Thicke – Concordia Stingers

Phélix Martineau a récolté 12 points en 14 parties avec les Stingers de Concordia.

Les frères Phélix et Vincent Martineau ont eu, pour une rare fois dans leur carrière, le privilège de porter l’uniforme de la même équipe et de se retrouver dans le même vestiaire.

Les Terrebonniens ont pu disputer quelques matchs au niveau universitaire avec les Stingers de Concordia. Même si l’histoire n’a duré que deux matchs, elle aura marqué les deux joueurs. « C’était une expérience incroyable de jouer ensemble. Surtout, avec la relation que nous avons, a avoué Phélix, l'aîné. On est toujours ensemble, même la fin de semaine. On voyageait ensemble pour aller à l’aréna ou à l’école, ça nous a permis de nous rapprocher. »

« On a tellement joué ensemble à l’extérieur d’une ligue qu’on n’avait pas besoin de se parler et je savais où il était sur la glace, a renchéri Vincent, le cadet. C’était automatique dans ma tête. »

Comme c’est souvent le cas dans plusieurs étapes de la vie, le plus grand a bien pris soin de son petit frère. Pendant leur parcours dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), ils ont été séparés quelques années, puisque Phélix a joué toute sa carrière junior au Cap-Breton, tandis que Vincent s’est promené entre Saint John, Rimouski et Gatineau. « Il m’a beaucoup aidé, mais ça a toujours été comme ça depuis qu’on est jeunes. Ça a été une année comme une autre, a vanté Vincent. Il avait fait le même processus quand j’étais arrivé dans la LHJMQ, sans vraiment que je m’en rende compte. »

En réflexion

Si la présence de Phélix et de Vincent dans le même alignement a été de courte durée, c’est que Vincent réfléchit actuellement à son avenir, que ce soit sur le plan du hockey ou du côté des études. Âgé de 23 ans, le défenseur a eu son lot de blessures au cours des dernières années, dont des opérations et des commotions cérébrales. « Ça remet les choses en perspective quand tu te lèves le matin et que tu as mal un peu partout. Ce sont de petites choses qui s’accumulent, a mentionné celui qui a joué 129 parties dans la LHJMQ. Quand tu n’es pas capable de jouer un match sans avoir de douleurs, il faut écouter ton corps. Je dois penser au futur, surtout si je veux rester actif le reste de ma vie. »

Déjà nommé capitaine

Phélix Martineau a disputé sa dernière saison complète en 2018-2019 avec le Rocket de Laval et les Komets de Fort Wayne. Avec les pauses pandémiques et une suspension parce qu’il arrivait des rangs professionnels, l’attaquant a finalement disputé sa première saison avec les Stingers et avec le « C » sur son chandail. Une saison inaugurale qu'il juge correcte, alors qu’il a récolté 12 points en 14 parties. « Ça faisait deux ans que je n’avais pas joué au hockey, donc ça a été assez difficile de trouver mon rythme au mois de novembre et de repartir après un autre deux mois de pause, a conclu le hockeyeur de 24 ans. Ça a été une année d’adaptation. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média