Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culturel

Retour

18 mai 2022

Valérie Maynard - vmaynard@lexismedia.ca

Le squelette improbable de Louise Deschâtelets

0122femmes2

©Jomi – Joe Alvoeiro Photographe

La comédienne Louise Deschâtelets.

Huit femmes prendra l’affiche au Théâtre du Vieux-Terrebonne le samedi 4 juin. La pièce met en scène huit femmes qui s’entredéchirent autour d’enjeux financiers et surtout pour l’amour du même homme. La doyenne de la distribution, Louise Deschâtelets, nous raconte les discussions qui ont précédé les répétitions de cette pièce écrite en 1958. Et nous promet que l’improbable squelette de son personnage nous laissera pantois!

« Vous verrez, la scène porte beaucoup à rire. Juste avant de dévoiler mon squelette, mon personnage dévoile celui de la grand-mère », raconte-t-elle en riant, mais sans en dire plus. « Entre elles, il n’y a pas d’homme pour tempérer les propos, puisqu’il est mort! On assiste donc à des degrés différents de méchanceté, de fourberies et d’excès de caractère. C’est une comédie policière qui raconte une situation qui dépasse les bornes et qui en devient ridicule dans son horreur », résume-t-elle.

Imaginez la scène : l’action se déroule au milieu des années 50, à Mont-Saint-Hilaire, alors que huit femmes se préparent pour fêter Noël. Le maître de maison est alors retrouvé assassiné, un couteau dans le dos. Tout le monde est soupçonné. « Chaque femme aurait pu commettre le crime. D’ailleurs, notre chauffeur qui nous conduit tous les soirs nous revient toujours avec les commentaires des gens. D’une salle à l’autre, les suspectes changent selon l’interprétation du public, qui devient réellement un personnage supplémentaire. C’est passionnant », souligne Mme Deschâtelets.

Une pièce de son époque

Louise Deschâtelets joue une domestique qui a élevé les deux enfants de la famille. Sur scène, elle est entourée des comédiennes Myriam Poirier, Josée Beaulieu, Sonia Vigneault, Pascale Desrochers, Christiane Raymond, Lou Vincent-Desrosiers et Marie-Andrée Lemieux. Des femmes de toutes les générations.

Or, la lecture même du texte de Robert Thomas les a confrontées, à un point tel que plusieurs d’entre elles ont demandé des modifications. « L’adaptation de Michel Tremblay a conservé l’esprit de l’époque. Dès la première lecture, quelques-unes se sont opposées à certains propos dans la pièce. Sauf qu’une pièce de théâtre, ça ne se change pas, raconte Mme Deschâtelets. Aujourd’hui, on ne tolère plus rien qui retrousse. Je trouve qu’on est en train de gommer pas mal de choses. On a eu des discussions avec le metteur en scène Alain Zouvi, un homme ouvert, dynamique, de son temps et surtout, un bon conciliateur. Tout a fini par s’estomper. »

La pièce Huit femmes sera présentée un peu partout au Québec jusqu’en septembre, avec des arrêts estivaux prolongés à Rougemont et à Sainte-Agathe-des-Monts. Elle prendra l’affiche au Théâtre du Vieux-Terrebonne le samedi 4 juin, à 20 h. On peut se procurer des billets au theatreduvieuxterrebonne.com ou au 450 492-4777.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média