Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

25 mai 2022

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Marie-Pier Houle ou la face cachée d’une guerrière du ring

0322houle2

©courtoisie

Marie-Pier Houle lors d’une pesée avant un combat.

Lorsque la boxeuse professionnelle Marie-Pier Houle met le pied sur un ring, il n’y a pas de place pour les compromis, elle est là pour gagner. Cependant, une fois sortie des câbles, cette grande athlète est une personne débordante de gentillesse, sympathique et une femme, ma foi, on ne peut plus raffinée et cultivée.

Si elle fait peur à ses adversaires par sa volonté de donner tout ce qu’elle a entre les câbles, ses patients, à son travail comme technologue en physiothérapie à Terrebonne, ne se doutent même pas qu’elle embrasse une carrière de boxeuse tellement elle est tendre et souriante, et ce, malgré sa carrure d’athlète.   

Les débuts

Marie-Pier Houle commence à pratiquer la boxe à 14 ans, alors qu’elle demeure à Trois-Rivières. « Ma mère était tannée de me voir assise à la maison à ne rien faire, mais il faut dire aussi que mes parents n’avaient pas nécessairement les ressources pour nous inscrire, ma sœur et moi, dans des sports organisés. Mais un de mes profs m’avait dit qu’il pratiquait la boxe. Ça ne m’était jamais venu à l’idée de pratiquer ce sport et dans ma famille, personne ne faisait de la boxe. Quand j’en ai parlé à ma mère, elle m’a répondu : "Es-tu malade? Tu ne vas pas faire ça?" Aujourd’hui, c’est ma plus grande fan », souligne-t-elle en riant.

De fil en aiguille, après que sa mère lui eut finalement donné le feu vert et après l’étape des entraînements en gymnase, Marie-Pier décide de passer à un autre niveau, celui de la compétition. « Ma mère n’était pas très chaude à l’idée, mais ça a fini par passer au conseil », relate l’athlète avec le sourire.

En 2005, à 15 ans, elle participe à ses premiers combats amateurs. Elle s’exécute ainsi quelques années avant d’entrer au cégep en diététique. « Je commençais à me lasser de la compétition et en 2008, j’ai tout arrêté », raconte-t-elle. Elle se rend ensuite à Québec pour suivre une autre technique, en réadaptation physique cette fois. « Mais j’ai eu envie de recommencer la boxe. Je vivais un peu le syndrome de l’imposteur à dire que j’avais fait de la boxe, mais en ne la pratiquant plus, et ça me manquait. J’avais perdu un peu mon identité et j’avais besoin de la retrouver », confie Marie-Pier Houle. Elle recommence donc l’entraînement à Trois-Rivières et déménage à Laval. Elle reprend la compétition en 2015 et passe professionnelle en 2019. « Mon objectif a toujours été d’aller le plus loin possible dans ce domaine. Ça aurait pu être l’équipe nationale du Canada, mais mon ancien entraîneur me disait que j’avais plus le style pour les pros que pour les amateurs. Pourtant, passer pro, dans ma tête, je me disais que ça ne se pouvait pas. Je suis du style attaquante, j’aime cogner lourd. Ça se prête plus à ce que les gens veulent voir lorsqu’ils vont assister à un combat de boxe », explique-t-elle.

Elle entend maintenant poursuivre sa progression chez les professionnelles. « J’aimerais me battre pour un championnat du monde », souhaite celle qui est invaincue en sept combats avec six victoires, dont deux K.-O., et un combat nul.  

La boxe, bénéfique pour elle

Pour Marie-Pier Houle, la boxe s’est avérée une sorte de bénédiction dans sa vie. « Ça m’a permis de passer à travers certaines épreuves. C’est un peu un antidépresseur qui permet de me garder saine physiquement et psychologiquement. Faire de la boxe a été et demeure très positif pour moi », assure-t-elle. Et comment occupe-t-elle ses journées en dehors de la boxe? « J’adore faire de la randonnée. La lecture et la musique me détendent aussi. D’ailleurs, je rêve d’écrire un livre un jour, peut-être un roman. »

En après-carrière, elle continuera sans doute à pratiquer son métier de technologue en physiothérapie, mais elle rêve également d’une carrière dans les médias. Elle pense aussi à ouvrir un gym un jour. Chose certaine, celle qui fait partie du Groupe Yvon Michel possède toutes les qualifications requises.

0322houle1

©Stéphane Fortier - La Revue

Marie-Pier Houle, une boxeuse professionnelle qui, dans la vie, est l’antithèse de qu’elle représente sur le ring.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média