Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

13 juillet 2022

Mégane Garceau - mgarceau@lexismedia.ca

Le public renoue avec Symphorien

0922premieresymphorien

©Laurence Labat

Le trio composé de mademoiselle L’Espérance, de madame Sylvain et de Marie-Madeleine en plein fou rire sous l’effet de l’alcool.

Le 7 juillet, en soirée, a eu lieu la grande première de  Symphorien au Théâtre du Vieux-Terrebonne (TVT). L’enjeu était grand : faire naître sur les planches le classique de plusieurs générations. Une adaptation périlleuse, mais qui a été exécutée avec brio.

L’adaptation théâtrale de Symphorien s’apprécie comme un 270e épisode du populaire téléroman québécois des années 70. La série, écrite originellement par Marcel Gamache et interprétée par des comédiens de renom, comme Gilles Latulippe et Janine Sutto, est reprise avec finesse par les scénaristes Pierre Huet et Louis Saïa.

Place au théâtre

En entrée, la pièce est présentée personnellement par Pierre Huet et la voix de la comédienne Béatrice Picard, qui interprétait madame Bellemare dans la série télévisée. Les lumières s'éteignent, les rideaux s’ouvrent, le retour dans le temps commence. Le spectacle, qui prend place principalement dans le hall d’entrée et le salon de madame Sylvain, maintenant copropriétaire avec mademoiselle L’Espérance, transporte les spectateurs au début des années 80. Les personnages sont réussis. Les maquillages, les costumes et même le travail physique des comédiens permettent une incursion dans le quotidien de Symphorien. Les nombreux changements d’habits des personnages permettent de conserver le fil conducteur du temps qui passe. Le public s'esclaffe et applaudit, il est séduit. Même Pierre Huet se permet quelques rires. Le tempo est rapide, les blagues, à brûle-pourpoint, et les répliques, tranchantes.

front symphorien

©Laurence Labat

François Chénier est Symphorien et Michelle Labonté, madame Sylvain.

Une distribution excellente

Éphrem (Martin Héroux), par son air niais et ses cascades gestuelles, ressemble pour beaucoup à son prédécesseur, Fernand Gignac. Et que dire de la prestation burlesque hallucinante de Patrice Coquereau dans le rôle du king des pompes funèbres et de la belle-mère aigrie et odieuse. Sans oublier le trio hilarant composé de madame Sylvain (Michelle Labonté), de mademoiselle L’Espérance (Nathalie Mallette) et de Marie-Madeleine (Anne-Marie Binette), qui se dégourdissent sous l’effet de l’alcool. « Mademoiselle L'Espérance est extraordinaire! C’est la plus drôle », commente Diane Tremblay, une spectatrice. « Ça me rappelle mon époque, quand j’étais plus jeune », dit pour sa part André Boily, membre de l’auditoire, qui souligne avoir particulièrement aimé le duo d’Éphrem et de Symphorien.

*****************

Voyez quelques photos prises sur le tapis rouge de la grande première juste ici : Le tapis rouge déroulé pour Symphorien

Commentaires

15 juillet 2022

Marie-Véronique Robert

Bravo à tous les comédiens et comédiennes, ainsi qu'aux scénaristes, Pierre Huet et Louis Saïa!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média