Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

07 septembre 2022

Stéphane Fortier - sfortier@lexismedia.ca

Des incitatifs pour retourner au travail

1622incitatifs

Ce genre de scène est de plus en plus fréquent dans les entreprises qui veulent embaucher une personne retraitée.

Afin de faciliter le retour au travail des personnes retraitées ou d’encourager ceux qui cognent à la porte de la retraite à demeurer sur le marché du travail, le gouvernement a mis en place quelques incitatifs. 

Si une personne retraitée décide de revenir sur le marché du travail, elle continuera de recevoir sa rente. Cependant, quel que soit son âge, elle doit cotiser au Régime de rentes du Québec dès que ses revenus de travail dépassent l'exemption générale de 3 500 $. En contrepartie, elle recevra, dès l'année suivante, le supplément à la rente de retraite.

Mesures fiscales incitatives à l’emploi

Les régimes fiscaux du Québec et du Canada contiennent plusieurs mesures qui visent à protéger certains revenus de travail de la fiscalité, que ce soit pour reconnaître les dépenses inhérentes au fait d’occuper un emploi, inciter les contribuables à rejoindre le marché du travail ou à y demeurer.

Plusieurs de ces mesures (ex. : déduction pour travailleurs) s’appliquent à l’ensemble des travailleurs, alors que certaines (ex. : crédit d’impôt pour prolongation de carrière) sont spécifiques aux travailleurs d’expérience.

Le travailleur qui revient sur le marché du travail profite d’une réduction d’impôt de 1 500 $ provenant du crédit d’impôt pour prolongation de carrière, ainsi que d’une réduction additionnelle de 322 $ grâce à la déduction pour travailleurs et au montant canadien pour l’emploi. Ainsi, les mesures incitatives à l’emploi viennent réduire de 1 822 $ l’impôt à payer.

Lutter contre les préjugés

L’organisme Action RH Lanaudière, situé à Terrebonne, aide les personnes à la recherche d’un emploi, dont les aînées voulant retourner sur le marché du travail. « Nous sommes en phase de rapprochement avec la FADOQ (Fédération de l’âge d’or du Québec) pour mettre sur pied une campagne de sensibilisation contre les préjugés que peuvent entretenir les entreprises lorsque vient le temps d’embaucher une personne plus âgée », indique Fabienne Pouget, conseillère en développement de projets et coach de carrière chez Action RH Lanaudière.  Des préjugés? « Des employeurs croient que, passé un certain âge, l’état de santé ne permet pas de remplir les obligations liées au travail demandé ou encore que les personnes plus âgées sont en retard du point de vue technologique, fait remarquer Mme Pouget. Nous sensibilisons et préparons également les entreprises à favoriser l’embauche de travailleurs expérimentés. »

LISEZ ÉGALEMENT : Au diable la retraite pour Jacqueline Morin!

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média