Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

14 novembre 2022

Stéphane Fortier - sfortier@medialo.ca

Les Cobras ne peuvent se permettre de relâchement

MALGRÉ UNE FICHE DU TONNERRE

2722cobrasdubuc

©Michel Maranda - La Revue

Plusieurs vétérans ont participé à la mise au jeu protocolaire du match local des Cobras, le 11 novembre.

Avec une fiche de 18 victoires et seulement 2 défaites, classés au 2e rang, un seul petit point derrière Princeville, mais bénéficiant d’un match en main, les Cobras de Terrebonne dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec (LHAAAQ) doivent continuer à travailler fort, ne laisser place à aucun relâchement d’ici la fin de la saison.

C’est en tout cas ce que prône l’entraîneur-chef, Robert Dubuc, qui compte déjà 1 000 matchs derrière la cravate. « On va forcer nos gars à travailler toujours plus fort, à chaque match. On doit travailler sur les petits détails pour avoir une meilleure équipe. Si on se présente à chaque partie, qu’on a une bonne attitude, les choses vont continuer à être positives », croit Robert Dubuc, qui n’a certainement pas l’intention de voir ses joueurs s’asseoir sur leurs lauriers. « Il faut toujours mettre la barre haute. Il ne faut pas se contenter d’être les premiers », martèle-t-il.

La force des Cobras? « On a la vitesse et le talent. Notre troisième trio m’impressionne et est bon au point qu’il pourrait former un premier trio dans d’autres formations. Et notre défense et nos gardiens sont bons. Je ne peux demander mieux, sinon de ne pas avoir un moment de relâchement », insiste-t-il.

Quel adversaire les Cobras craignent-ils d’abord et avant tout? « Je crois qu’on est probablement notre pire ennemi, répond tout de go Robert Dubuc. Mais la compétition va être féroce jusqu’à la fin. »

À l’affût

Ce dernier, comme entraîneur-chef, mais aussi comme directeur général, est un fin observateur; il est passé maître dans l’art d’évaluer les autres équipes et les joueurs qui les composent. « Je suis bien entouré. C’est un gros avantage. » Robert Dubuc donne comme exemple Olivier Poulin, un petit gars de Mascouche qui jouait au niveau collégial en Abitibi. « On l’a repêché en 5e ronde seulement et pourtant, c’est le meilleur choix qu’on a fait depuis bien des années. Il a une attitude hors pair et c’est un leader sur la glace et dans le vestiaire », mentionne-t-il.

Robert Dubuc, même si sa formation va bon train depuis le début de la saison, n’écarte pas l’idée de faire des changements. « Il est toujours possible d’amener l’équipe à un autre niveau. On ne veut pas jouer dans la chimie de l’équipe, mais c’est sûr qu’il va y avoir des changements en cours de route. On reste toujours à l’affût des bonnes occasions », confie-t-il.  

Hommage aux vétérans

Le match du 11 novembre, contre les Flames de Gatineau, a été précédé d’une cérémonie en hommage aux anciens combattants. Pour l’organisation des Cobras, c’est devenu une tradition de se souvenir de ceux qui ont contribué à défendre la liberté des peuples au cours des différents conflits.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média