Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communautaire

Retour

19 novembre 2022

Naomie Briand - nbriand@medialo.ca

Le maire de Mascouche criera pour trois organismes

2822encan

©Naomie Briand - La Revue

Isabelle Fournier, vice-présidente du Cercle d’Or de Mascouche, Lucas Zanth et François Bonin, respectivement directeur des ventes et propriétaire de Trois Diamants, le maire Guillaume Tremblay, Émilie Faustin, du Relais de Mascouche, et Josée Noury, directrice de Parenfants.

Les cadeaux de Noël que vous offrirez cette année se trouvent peut-être à l’encan au profit de la maison de la famille Parenfants de Mascouche, du Relais de Mascouche et de la FADOQ – Cercle d’Or de Mascouche.

Le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, renouera avec ses anciennes amours le temps d’une journée, le samedi 26 novembre, au 3115 du chemin Gascon, puisqu’il agira à titre d’encanteur lors de l’événement.

« J’étais propriétaire d’un encan avant de faire de la politique », explique-t-il. Il entend bien allier expérience et plaisir, de midi à minuit, et du même coup verser la majorité des profits à trois organismes qui ont bien besoin d’un coup de pouce.

Ce qu’on y trouvera? « Tout pour la maison, même des vêtements », nomme le maire. Et, bien entendu, la pièce maitresse de la journée : un chandail de hockey ayant appartenu à nul autre que Guy Lafleur; une contribution de François Bonin, propriétaire de Trois Diamants Auto, qui prête également les locaux nécessaires à la tenue de l’encan.

Les participants pourront manger sur place et des prix de présence seront offerts. Pour les achats, seul l’argent comptant sera accepté.

Diversifier les moyens de financement

Pour les organismes, ces sommes sont plus que bienvenues, le financement n’étant pas toujours facile à amasser. « On essaie d’être imaginatifs », soutient Josée Noury, directrice chez Parenfants. C’est que la pandémie a fait mal dans le monde communautaire. « Depuis deux ans, on a été brimé dans nos collectes de fonds. »

Guillaume Tremblay, appuyé de sa famille, dit offrir un « clé en main » aux organismes avec cette activité. « On se donne la chance de l’essayer », avoue-t-il, tout de même persuadé de pouvoir amasser environ 1 000 $ pour chaque organisme, et en promettant de bien faire rire les personnes qui se déplaceront. « Vous allez me connaître sous un autre œil! »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média