Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

23 novembre 2022

Stéphane Fortier - sfortier@medialo.ca

Éco-Parc de Terrebonne : l’avenir économique passe par l’environnement

REFLET ÉCONOMIQUE

économie terrebonne

©courtoisie

Une vue aérienne des terrains qui accueilleront le futur Éco-Parc industriel Thouin.

Déjà fière de ses sept parcs industriels, la Ville de Terrebonne prépare fébrilement la venue d’un tout nouveau type de parc industriel.

Dans les discussions depuis quelques années déjà, ce parc industriel à vocation verte, l’Éco-Parc Thouin, se situera au nord de l’autoroute 640, tout juste à l’ouest du Complexe Enviro Connexions. Il sera accessible directement par le chemin Joséphat-Thouin, du nom de l’ancien propriétaire de ces terres. Ce chemin est lui-même accessible par le chemin des Quarante-Arpents. « Nous souhaitons retrouver, à l’intérieur du parc, des normes sévères et serrées, calquées sur le modèle de développement industriel que nous désirons voir sur le territoire. Nous voulons un parc industriel offrant un milieu de vie complet, où il est agréable de travailler, et doté de services de proximité. Nous ne voulons pas d’un projet standard comme ça se fait depuis plusieurs décennies au Québec. Nous visons un meilleur équilibre pour l’environnement et désirons voir s’y ériger des bâtiments écoresponsables », mentionne Mathieu Traversy, maire de Terrebonne. La nature des entreprises sera également prise en considération pour qu’elle s’imbrique dans la signature et la spécialisation que la Ville souhaite donner à l’Éco-Parc.   

Imposant  

Sa dimension, qui était à l’origine de 17 millions de pieds carrés, a été revue. « Nous entendons préserver plusieurs millions de pieds carrés de milieux humides; il restera 10 millions de pieds carrés pour le parc industriel, 4 réservés au milieu agricole (NDLR : agro-industriel, serres, pépinière municipale) et 3 pour la protection en territoire vert », d’indiquer le maire.

À quel moment la première phase sera-t-elle lancée? « Nous en sommes à l’étape d’y apporter les infrastructures municipales et nous sommes dans la planification. Le tout débuterait en 2023 en ce qui a trait aux routes, à l’aqueduc, aux réseaux techniques urbains et à la collecte des eaux usées », précise Serge Villandré, directeur général de la Ville.

Le nombre d’entreprises qui y prendront racine n’est pas encore arrêté. « Si nous offrons 250 000 pieds carrés à chaque entreprise sur 10 millions de pieds carrés, nous pourrions en attirer une quarantaine, mais le tout demeure hypothétique. Certaines entreprises pourraient demander plus d’espace et d’autres, moins », fait remarquer Mathieu Traversy.

Pour faciliter et rendre plus efficient son développement économique, et celui de son futur Éco-Parc, la Ville de Terrebonne revisite sa direction du développement économique. « Nous sommes victimes de notre succès et nous avons de grands projets qui s’en viennent. Pour mieux répondre à la demande et accélérer le traitement des projets de tous ces acteurs de l’économie qui désirent investir chez nous, nous mettrons en place une porte d’entrée accessible, un guichet unique, un correspondant, une personne attitrée qui accueillera ces développeurs, leurs entreprises, leurs projets et en assurera le suivi », annonce le premier magistrat.

« Nous compterons sur la collaboration de trois directions générales adjointes qui refléteront les orientations stratégiques déterminées par la Ville. Cette structure établira les bases menant à la réalisation des grandes priorités municipales : la transition écologique, la valorisation de la participation citoyenne, l’aménagement du territoire, le développement économique et la mobilisation des employés. Quant à la direction dédiée au développement économique, elle accélérera le traitement des projets, leur implantation et fera le suivi des chantiers en cours, notamment celui de l'Éco-Parc », d’expliquer M. Villandré.

« Nous désirons que Terrebonne soit encore plus attrayante pour la création de nouvelles initiatives et de nouveaux projets. La ville a encore beaucoup de potentiel de croissance et nous désirons être des facilitateurs pour l’arrivée de nouvelles aventures économiques », conclut Mathieu Traversy, qui voit Terrebonne poursuivre son cheminement vers une plus grande prospérité, mais une prospérité de plus en plus verte.  

Que pensez-vous de l’offre d’achat de 11 M$ déposée par la Communauté métropolitaine de Montréal pour le golf Le Boisé?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média