Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

23 novembre 2022

Naomie Briand - nbriand@medialo.ca

Oliva Capital sait saisir les opportunités

REFLET ÉCONOMIQUE

oliva capital ajout

©Oliva Capital

Les associés d’Oliva Capital : Julien Trussart, David Rouleau, Khan Chau, Vincent Godcharles et Martin Breault.

La société d’investissement Oliva Capital, créée en 2019, a le vent dans les voiles. Dans son giron, dix entreprises en portefeuille totalisent 590 employés qui logent dans des bureaux aux États-Unis, au Mexique, en Tunisie et, bientôt, en France. La firme de Terrebonne figure même au classement 2022 des 300 plus grandes entreprises du Québec.

Julien Trussart a été plongé dans l’entrepreneuriat un peu malgré lui, en 2011, lors du décès soudain de son père. À 27 ans, il a repris les rênes de FMBT, le cabinet comptable familial, qu’il a vu grandir au même rythme que lui. « Chez moi, nous étions trois enfants : mon frère, moi et le bureau de comptables », lance-t-il à la blague. Son ami d’université Martin Breault s’est alors joint à l’aventure pour l’épauler.

D’opportunité en opportunité, ils ont fait grandir FMBT, en même temps qu’ils prenaient du galon comme dirigeants. « Ce n’est pas de la chance! » affirme sans détour Julien Trussart, faisant valoir tout le travail caché derrière la démarche et, surtout, leur capacité à saisir les opportunités.

En 2019, déchirés entre le cabinet de comptabilité, une entreprise de télécommunications et une pépinière qu’ils avaient ajoutée à leurs actifs, les actionnaires ont pris LA décision qui change une vie : quitter FMBT et lancer Oliva Capital. « C’était devenu difficile d’être pertinents à tous les endroits », explique M. Trussart.

Khan Chau, David Rouleau et Vincent Godcharles ont accepté de compléter l’équipe d’associés. Un nouveau géant était né. « Nous voulons être sûrs d’aller chercher le meilleur de chacune des personnes qui nous entourent, et c’est ce qui fait que nous réalisons des miracles, que nous faisons des affaires exceptionnelles », plaide Julien Trussart.

oliva capital 2

©Oliva Capital

Julien Trussart

Terrebonne incontournable

Oliva Capital regroupe les activités des entreprises qu’elle chapeaute au sein de trois pôles : les technologies, l’agriculture et l’agroalimentaire. « Ce que nous voulons, c’est créer un écosystème au Québec, un écosystème d’entreprises qui vont collaborer. Nous faisons des choix sur le type d’entreprises que nous achetons, selon une stratégie. Nous ne faisons pas de restructuration; une entreprise qui va mal ne nous intéresse pas. »

Parmi les plus récents ajouts au portefeuille : Cyberimpact, un logiciel de marketing par courriels et par infolettres qu’un nombre important d’entreprises utilisent déjà pour informer leurs clients. Une entité qui peut être certes très pertinente pour faire grandir tous les tentacules d’Oliva Capital, mais qui possède un atout de taille : avoir aussi été fondée à Terrebonne. L’entreprise est d’ailleurs voisine de palier du cabinet FMBT. « Il n’y a pas de hasards, que des rendez-vous », dit le proverbe.  

Julien Trussart le précise d’emblée : il voue un attachement sans borne à sa région. « Quand le bureau a été créé, il n’y avait qu’une seule option : demeurer à Terrebonne. Parce que nous y avons un passé et qu’il y a un super bel avenir à vivre dans la région. Le naturel est ici. »

L’importante philanthropie

Oliva Capital ne se contente pas de générer des profits : elle les redistribue dans sa communauté. Une condition sine qua non aux yeux de Julien Trussart. Il pave d’ailleurs la voie en endossant lui-même la présidence de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins (CCIM), de même que celle de la Fondation Santé Sud de Lanaudière, sans compter sa grande implication auprès du Relais pour la vie. Le 350e anniversaire de Terrebonne, qui sera célébré en 2023, est aussi cher à M. Trussart. Quant à Martin Breault, il préside la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-de-Blainville (CCITB).

« Aujourd’hui, nous avons monté une multinationale qui fait partie des 300 plus grandes entreprises du Québec, donc nous sommes privilégiés et nous trouvons important de redonner. Mais c’est aussi cette philosophie qui a construit Oliva », de dire avec fierté Julien Trussart.

Oliva Capital est appelée à croître. L’équipe devrait passer à 850 employés dans les six prochains mois, alors qu’une effervescente période d’acquisitions s’annonce.

Objectif plaisir

L’objectif des associés n’est pas de mettre sur pied la plus grosse entreprise au Canada ni de viser le plus important chiffre d’affaires; c’est surtout de laisser sa marque et un impact dans la communauté.

« Nous nous retrouvons avec une organisation qui a un plan précis, avec les mêmes assises et les mêmes bases qu’à l’époque : nous n’entrerons jamais dans un deal si nous n’avons pas de plaisir. Ce n’est pas qu’un fichier Excel à analyser, que du rendement à regarder. Il faut que ce soit rentable, mais il faut que ce soit plaisant. »

Que pensez-vous de l’offre d’achat de 11 M$ déposée par la Communauté métropolitaine de Montréal pour le golf Le Boisé?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média