ATHLÈTE D’EXCEPTION: Le volleyball dans le sang

Jean-Marc Gilbert
ATHLÈTE D’EXCEPTION: Le volleyball dans le sang
Myriam Robitaille (#16) analyse le positionnement de ses adversaires pendant que sa coéquipière effectue le service derrière elle. (Photo : Remi Lu)

Le volleyball est une affaire de famille chez les Robitaille. C’est en voulant suivre les traces de sa grande soeur Kim que Myriam Robitaille a décidé de se mettre à la pratique de ce sport au secondaire. L’athlète terrebonnienne de 22 ans, qui porte l’uniforme des Martlets de l’Université McGill depuis 2014, a récemment été nommée Athlète de la semaine de l’établissement.

C’est à l’école des Rives, dans le secteur de Lachenaie, qu’elle a eu son premier contact avec le sport. Il lui a fallu peu de temps pour avoir la piqûre. Elle s’est éventuellement retrouvée avec les Libellules de l’école Thérèse-Martin de Joliette et c’est à ce moment que son talent s’est mis à éclore.

«C’est l’endroit où j’ai connu mon plus grand développement en deux ans et que j’ai su que je voulais continuer dans le volleyball. Ensuite, comme plusieurs athlètes, j’ai eu des hauts et des bas et je me suis demandé si je voulais poursuivre au cégep et à l’université. J’ai finalement décidé de continuer», confie la jeune femme, en entrevue téléphonique.

Collégial et universitaire

Après avoir joué avec les Lynx du cégep Édouard-Montpetit au niveau collégial, Myriam s’est retrouvée avec les Martlets de l’Université McGill au rang universitaire, le plus haut niveau atteignable en volleyball à l’échelle nationale.

Celle qui porte l’uniforme rouge et blanc depuis trois ans dit être tombée sur l’entraîneuse idéale, en la personne de Rachèle Béliveau, pour l’aider dans son développement.

«C’est exactement le style de coaching que j’aime. Elle a vraiment su comment me faire progresser», reconnaît-elle.

Signe du talent des deux sœurs, Myriam et Kim Robitaille ont été nommées respectivement sur les première et deuxième équipes d’étoiles de volleyball féminin pour la saison universitaire 2015-2016 par le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ).

Joueuse de centre

Myriam joue au centre. Les rôles principaux de la grande femme de 183 cm (6 pi) est d’attaquer et de bloquer les ballons adversaires en sautant au filet. Selon elle, pour exceller en volleyball, il faut faire preuve de compétitivité, de patience et de leadership. Puisque le rôle de Myriam est de marquer des points, ce leadership passe par l’attitude sur le terrain et ses performances.

«Il faut prêcher par l’exemple et dégager de la confiance. Quand ça va moins bien dans le match, il faut être capable de rassurer tout le monde», estime l’athlète.

Puisque le volleyball est un sport de momentum et que le vent peut tourner rapidement lors d’un match ou d’un set, il est important de garder sa concentration.

«Quand on est dans un down, nous devons renverser la vapeur. Mais quand on est dans un high, il faut que ça se poursuive et faire très attention pour ne pas perdre le contrôle», précise-t-elle.

Temps de réflexion

En principe, Myriam Robitaille devrait décrocher son diplôme en littérature l’année prochaine. Elle s’accorde donc encore un temps de réflexion avant de décider de son avenir sportif.

«J’ai l’option de faire d’autres cours et de continuer à jouer ici, participer aux essais pour tenter de joindre l’équipe canadienne ou alors d’aller jouer en Europe ou en Asie, où il y a carrément des ligues professionnelles de volleyball», énumère la jeune femme qui a grandi à Terrebonne.

«Je vais me donner la prochaine saison pour y penser», conclut Myriam Robitaille.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar