Braidwood, l’importance d’accéder au financement

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Braidwood, l’importance d’accéder au financement
Ancien avocat et notaire, Charles Toupin a toujours su qu’il serait à la tête d’une entreprise. Pour y arriver, il a notamment eu besoin de bons partenaires de financement.

S’il est vrai que la vision, les efforts et la persévérance d’un entrepreneur sont des ingrédients de la réussite d’une petite entreprise, rien par contre ne peut se réaliser sans financement. Du moins, la progression des PME se révélerait plus difficile ou beaucoup plus lente.

Avec l’achat des Industries Braidwood de Terrebonne en 2016, Charles Toupin a nécessairement dû passer par le financement. Mais obtenir un premier prêt n’a pas été une sinécure.

« Ce n’est pas facile, surtout pour les nouvelles petites entreprises. La raison est bien simple : l’historique est absent », mentionne cet ancien avocat et notaire.

Outre au moment de lancer l’entreprise, le financement est également important pour croître. « Je suis présentement dans une étape d’expansion, alors je travaille pour obtenir un autre financement afin d’acquérir une machinerie qui me permettra de me démarquer des autres ateliers d’usinage. Dans notre cas, notre croissance passe par le financement. »

Soutenir les petites entreprises

« L’une des difficultés que rencontrent les entrepreneurs qui souhaitent se lancer en affaires, c’est que les banques et les institutions financières demandent beaucoup de garanties pour appuyer le financement. Très souvent, l’entrepreneur ne peut les fournir. Je crois qu’il serait intéressant que les organismes gouvernementaux et paragouvernementaux soutiennent ces entreprises en fournissant des garanties aux prêteurs, peu importe la forme. Ça donnerait certainement une accessibilité plus grande aux entrepreneurs comme moi. »

Charles Toupin a justement bénéficié d’une aide semblable pour un prêt de fonds de roulement. « J’avais une petite marge de crédit, ce qui ne permettait pas de fonctionner adéquatement. Pour ce prêt, le CLDEM (maintenant le service de développement économique et touristique de la MRC Les Moulins) a été présent pour me soutenir et me donner la chance d’avancer. Il a été à mon écoute et j’ai obtenu l’aide dont j’avais besoin. Trouver de bons partenaires financiers ouvre des portes, c’est certain. »

Une partie du succès

Aujourd’hui, Charles Toupin est président et propriétaire d’une entreprise d’usinage conventionnelle, old school, comme il aime dire. On y conçoit des pièces métalliques qui ne sont plus produites sur le marché. Les Industries Braidwood comptent cinq employés. De nouveaux machinistes de l’extérieur devraient se joindre incessamment à l’équipe.

« Je crois sincèrement que 50 % du succès d’une entreprise passe par l’obtention du financement. Oui, il y a les efforts, la persévérance et la vision d’un entrepreneur, mais sans financement, les chances de succès diminuent », conclut Charles Toupin.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar