CAHIER RELANCE – L’aide d’urgence aux PME toujours disponible

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
CAHIER RELANCE – L’aide d’urgence aux PME toujours disponible
Les entreprises de tous les secteurs d'activités peuvent faire une demande à la MRC Les Moulins pour bénéficier de ce prêt.

Déjà 22 entreprises de Terrebonne et de Mascouche ont bénéficié du Programme d’aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PME) géré par la MRC Les Moulins depuis la mi-avril. Il est toujours possible de déposer de nouvelles demandes, et ce, jusqu’au 24 juillet.

Grâce à une somme de 1 272 454 $ octroyée à la MRC, les entreprises peuvent recevoir un prêt pouvant atteindre 50 000 $ afin « de maintenir, de consolider ou de relancer leurs activités liées à la COVID-19 », rappelait la MRC dans un récent communiqué de presse.

L’argent provient du fonds d’urgence de 150 M$ annoncé par Québec pour les entreprises affectées financièrement en raison de la pandémie qui sévit au Québec depuis mars. Les prêts consentis comportent un moratoire de remboursement automatique de trois mois sur le capital et les intérêts.

Pierre Daviault, directeur du développement économique et touristique de la MRC, indique que les entreprises de tous les secteurs d’activités peuvent faire une demande. Celle-ci doit indiquer les impacts engendrés par la COVID-19 sur les activités de l’entreprise, les mesures prises pour réduire ces impacts, et doit inclure un plan de relance.

La moyenne des prêts accordés aux 22 entreprises bénéficiaires est de 38 000 $ jusqu’à maintenant. Il reste encore de l’argent pour celles qui auraient besoin de liquidités sous forme de prêt en ce moment, assure M. Daviault.

Le formulaire est disponible sur le site Internet de la MRC au www.mrcmoulins.ca

Exemple

L’entreprise terrebonnienne OM Creation, qui se spécialise dans la fabrication sur mesure de meubles en bois et de tables rivières en résine d’ébénisterie, a pu obtenir un prêt.

Le carnet de commandes de l’entreprise fondée en 2015 par Annie Metcalfe est plein. Plusieurs bricoleurs achètent aussi des produits directement d’OM Creation.

L’ennui, c’est que son principal fournisseur de résine a fermé ses portes pendant trois semaines au début de la pandémie de COVID-19. Et depuis sa réouverture, il n’accepte plus les crédits. La résine doit être payée dès l’achat. « Nous commandons entre 45 000 $ et 50 000 $ de résine chaque mois, explique Mme Metcalfe. Ça aurait eu un impact énorme sur nos liquidités. Le programme nous a permis d’avoir accès à de l’argent rapidement. Ça a pris une semaine et tout était réglé! »

Le programme d’aide d’urgence a permis à cette entreprise de ne jamais cesser ses activités. « Sans ce prêt, je ne suis pas certaine que nous aurions pris le risque de mettre ce montant sur notre carte de crédit », soutient la Terrebonnienne.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar