CAHIER RELANCE – Les effets de la pandémie sur les villes

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
CAHIER RELANCE – Les effets de la pandémie sur les villes
Il pourrait y avoir une plus grande ouverture au télétravail de la part des villes de Terrebonne et de Mascouche, même après la pandémie.

La pandémie de COVID-19 a aussi entraîné plusieurs changements dans les façons de travailler des villes de Terrebonne et de Mascouche. Certaines de ces nouvelles mesures pourraient devenir permanentes, comme le fait d’avoir recours plus fréquemment au télétravail, une avenue peu privilégiée par le passé.

À la Ville de Terrebonne, qui emploie plus de 1 200 personnes, le télétravail était carrément interdit il y a à peine un an. Au plus fort de la crise, près de 240 personnes ont travaillé de la maison. Actuellement, environ 120 sont toujours en télétravail alors que 70 travaillent au bureau et à l’extérieur en alternance, précise Marie Eve Courchesne, conseillère en communication.

La Ville a constaté des bienfaits à cette pratique, comme la facilité à organiser des rencontres virtuelles et l’optimisation du temps de travail par la réduction des déplacements. Il y aura donc une certaine ouverture à la chose dans le futur.

« Le télétravail fait maintenant partie intégrante de notre réalité, là où la nature de l’emploi le permet. Cependant, une fois le retour à la normale, il sera plutôt exercé de façon sporadique », précise Mme Courchesne.

Elle ajoute que 195 employés, tous surnuméraires ou temporaires, ont été mis à pied. Ils sont maintenant de retour, à l’exception des surnuméraires à temps partiel relevant de la direction du loisir, étant donné l’annulation de plusieurs activités estivales.

Certains services modifiés pendant la pandémie pourraient aussi devenir permanents. La conseillère en communication donne en exemple celui de prêt sans contact offert par les bibliothèques. La Ville envisage en outre de maintenir les heures de services étendues qu’offrait le Bureau de relations des citoyens.

Mascouche

Du côté de Mascouche, qui compte plus de 500 employés, on explique que « le télétravail a été privilégié en fonction des ressources disponibles ». La majorité des employés sont de retour dans les édifices municipaux, mais l’employeur se dit flexible, notamment pour les parents qui n’ont pas d’alternative pour leurs enfants.

« Comme plusieurs, nous avons découvert en accéléré le télétravail et les réunions webdiffusées. Il est indéniable que cela influencera notre réalité au travail à l’avenir », affirme Isabelle Gagné, conseillère en communication.

Pendant la crise, les employés surnuméraires, les surveillants de parcs/écoles ainsi que les brigadiers ont tous été mis à pied temporairement. Mais ils ont tous été rappelés, à l’exception des brigadiers, requis uniquement en période scolaire. La plupart des activités ont repris et les comptoirs l’hôtel de ville sont accessibles depuis un mois.

Mascouche a aussi créé « un comité de coordination COVID-19 qui s’assure de mettre en place les mesures nécessaires ».

Par exemple, des séparateurs en plexiglas ont été installés sur des bureaux en vue du retour de certains employés. Ce comité est également « en mode vigie constant et en préparation d’une possible deuxième vague », conclut Mme Gagné.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar