Causerie avec le « faiseur de chansons »

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Causerie avec le « faiseur de chansons »
Photo : Julien Faugere

Cela fait 50 ans qu’on entend Michel Fugain chanter de grands succès, de Fais comme l’oiseau à Une belle histoire, en passant par La fête et Attention mesdames et messieurs. Le 13 février au Théâtre du Vieux-Terrebonne, la vedette française parlera presque autant qu’elle chantera avec son spectacle La causerie musicale.

Chaque chanson a une histoire à raconter, selon l’interprète, et c’est ce qu’il compte faire devant le public de Terrebonne. «C’est un moment privilégié qu’on passe ensemble pendant lequel je raconte des anecdotes et des réflexions, en plus de rendre hommage à quatre grands auteurs qui ont été les miens. C’est le mec qui fait des chansons qui parle. Les gens verront plus le “faiseur de chansons” que le chanteur», dévoile le principal intéressé.

Il n’est évidemment pas question d’une conférence, Michel Fugain fera bien sûr résonner sa voix aux côtés de ses trois «copains» musiciens ainsi que d’une chanteuse, en l’occurrence sa femme, au soir du 13 février. Mais il désire plus que tout mettre de l’avant les hommes qui lui ont donné de grands hits, soit Pierre Delanoe, Maurice Vidalin, Claude Lemesle et Brice Homs, tout en relatant les «meilleurs moments de création» qu’il a vécus avec eux.

Âgé de «76 balais», comme il dit, l’homme qui cultive un amour de longue date avec le Québec est habité d’un besoin de transmission, ce qu’il exploite avec La causerie musicale, laquelle aura droit à une vingtaine de représentations à travers toute la province.

« On ne peut pas être indifférent au Québec lorsqu’on est un Français suffisamment intelligent. »

«Ça fait 50 ans que je connais le Québec. Quand je venais en tournée, je restais plus d’un mois. J’ai donc été impliqué dans la vie des villes que je visitais, dont Montréal et Québec. On ne peut pas être indifférent au Québec lorsqu’on est un Français suffisamment intelligent», confie-t-il.

La musique a évolué au même rythme que les années depuis que Michel Fugain a offert ses premières prestations ici, mais il soutient que ses pièces sont encore bien ancrées dans le réel. «Fais comme l’oiseau, c’est un mec qui en a marre d’être “roulé” par les marchands de liberté. Ce n’est pas joyeux, même si l’air est festif et a un côté joyeux. Ce n’est d’ailleurs pas en chantant l’oiseau qu’on choque les [dirigeants de nos sociétés]. C’est un côté que j’acceptais, mais que je n’accepterais plus aujourd’hui», conclut-il.

***

Pour assister au spectacle de Michel Fugain, La causerie musicale, présenté au Théâtre du Vieux-Terrebonne le mercredi 13 février à 20 h, procurez-vous des billets au www.theatreduvieuxterrebonne.com ou au 450 492-4777.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar