Chronologie d’un mal de Bloc

Chronologie d’un mal de Bloc

L’année 2018 aura été une année de gestion de crise pour le Bloc Québécois (BQ). Une nouvelle chef, des démissions de certains députés et leur retour au bercail en deux temps. Alors que le BQ est laissé sans chef à la suite de la défaite électorale de Gilles Duceppe en 2015, l’ancienne députée péquiste Martine Ouellet se porte candidate à la direction du parti et est élue chef sans opposition. Elle a reçu l’appui des députés Xavier Barsalou-Duval, Marilène Gill, Gabriel Sainte-Marie, Monique Pauzé, Michel Boudrias et Simon Marcil.

Dès le départ, Martine Ouellet impose sa propre façon de faire et est rapidement contestée. En février 2018, le torchon brûle encore davantage lorsqu’elle accuse publiquement certains députés d’être réfractaires au changement. Sept députés démissionnent, dont Luc Thériault (Montcalm) et Michel Boudrias (Terrebonne), et forment Québec Debout. La déchirure n’est jamais disparue et après des mois de discussions houleuses et un résultat anémique (32 %) au vote de confiance envers Martine Ouellet, cette dernière démissionne en juin. Quelques semaines après cette démission, deux députés, dont Michel Boudrias, retournent au BQ. En septembre 2018, tous les députés, incluant Luc Thériault, réintègrent le parti. Il y a quelques semaines, nous apprenions qu’Yves-François Blanchet, ancien député du PQ, devenait candidat à la direction du BQ. Il semble qu’il sera couronné chef.

(Texte : Gilles Fontaine / Photo : archives)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar