Coral Egan, entre passé et avenir

Pénélope Clermont
Coral Egan, entre passé et avenir
Coral Egan se présente dans sa plus simple expression devant public et aborde des sujets personnels. (Photo : Susan Moss)

Avec sa voix aux couleurs uniques et sa personnalité charismatique, Coral Egan captive le public avec sa musique depuis (et même avant) la parution de son premier album, «My favourite distraction». À l’aube de la sortie de son troisième opus, elle montera sur la scène du Théâtre du Vieux-Terrebonne lors d’une soirée où le passé et le futur ne feront qu’un.

De son propre aveu, le spectacle qu’elle proposera au Théâtre du Vieux-Terrebonne le 18 mars offre une belle transition entre son dernier album, «Magnify», sorti en 2007, et son prochain disque, pour lequel peu d’informations sont disponibles, outre son titre, «The year he drove me crazy».

Prenant place entre d’anciennes compositions comme «Lullaby Life» et «Clean Up Time» – qu’elle considère comme intemporelles -, et de futurs succès, le spectacle présente sous un autre jour l’artiste née à Montréal.

«C’est un tout nouveau spectacle, déclare Coral Egan, au bout du fil. Un nouveau projet, un nouveau “band” et une énergie différente. Il y a beaucoup de choses qui changent. Il y a aussi des primeurs du prochain album, mais ce n’est pas la tournée de l’album. C’est une transition entre le passé et l’avenir.»

Entre un passé composé de beaucoup d’introspection par rapport à ce qui la lie au monde dans sa globalité, et un futur habité notamment par un album sur le point d’éclore, orienté vers les relations humaines, l’amour, la famille.

«C’est l’album où j’expose le plus mes sentiments et mes besoins. J’évitais de parler de ça, de mes craintes, de mes peurs personnelles et réelles avant», confie-t-elle, assurant que bien qu’elle en dévoile plus de sa personne, le public peut tout de même se reconnaître dans ses compositions.

En effet, qu’y a-t-il de plus universel que l’amour et les relations humaines?

De musicienne à chanteuse

Cette vulnérabilité à laquelle Coral Egan touche de plus en plus dans ses chansons, elle la dévoile aussi sur scène. Délaissant petit à petit ses instruments pour se concentrer principalement sur sa voix, l’artiste apprend à travailler autrement, ce qui fait place à de nouveaux défis.

«L’instrument apporte une stabilité, tu deviens habituée. C’est un autre genre de performance, admet la musicienne à la voix sensuelle. Ne pas en avoir me permet de m’exprimer plus comme chanteuse. D’interpréter des chansons et de me concentrer sur le texte et le sens des mots, et moins sur le côté purement musical.»

Un aspect qui reste et qui ne risque pas de changer par contre, c’est la capacité et la volonté que possède l’artiste de présenter une ambiance, un univers aux spectateurs, sur disque comme en spectacle. Au-delà de simples mélodies accompagnant des mots, les créations de la compositrice présentent en soi un monde, son monde, dans lequel elle figure bien sûr.

Entre soul et folk

Véritable touche-à-tout, Coral Egan a plusieurs fois fait partie de la programmation du Festival International de Jazz de Montréal. C’est peut-être d’ailleurs ce qui amène les gens à croire que le style musical qu’elle préconise est le jazz. Or, il n’en est rien.

«Je ne trouve pas que je fais du jazz. Stylistiquement, je suis connectée à ma mère (Karen Young) et j’ai grandi dans cet univers, mais mes chanteurs préférés sont plus soul que jazz. Ces influences-là sont plus fortes», explique celle qui touche également au folk.

Selon elle, les trois genres sont souvent confondus, voire peu connus au Québec.

Il sera donc temps de rectifier le tir en assistant au spectacle de Coral Egan ou en se procurant son nouvel album, «The year he drove me crazy», qui est attendu pour la fin du mois d’avril ou le début de mai, aux dires de l’auteure-compositrice-interprète.

Coral Egan envoûtera le public du Théâtre du Vieux-Terrebonne le 18 mars à 19 h 30. Pour admirer tout son talent, procurez-vous des billets en composant le 450 492-4777 ou en visitant le www.theatreduvieuxterrebonne.com.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar