COVID-19 : Des organismes toujours là pour vous servir

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
COVID-19 : Des organismes toujours là pour vous servir
Plusieurs services d’organismes d’ici seront offerts par téléphone.

À l’instar des commerces, des organismes communautaires moulinois ont dû cesser leurs activités ou fermer leurs portes aux visiteurs relativement à la crise du coronavirus. Ceci étant dit, certains d’entre eux tiennent à rappeler à la population que des services continuent de s’offrir à eux.

Proposant des services de soutien à domicile aux personnes aînées, une clientèle encore plus isolée et vulnérable à l’heure actuelle, le Centre d’action bénévole (CAB) des Moulins n’a eu d’autre choix que de restreindre à l’essentiel ses activités. D’autant plus que, plusieurs bénévoles étant âgés de plus de 70 ans, les effectifs sont réduits.

« Nous effectuerons uniquement les transports-accompagnements pour les rendez-vous médicaux considérés essentiels. Nous vous suggérons donc de reporter tout rendez-vous médical non urgent. Il est possible que le retour d’appel soit plus lent qu’à l’habitude. Nous vous demandons d’être patient et indulgent », explique Louise Auger, directrice du CAB.

Quant aux visites d’amitié, elles seront remplacées par des téléphones d’amitié de la part de bénévoles. On annonce aussi le report à l’automne de la soirée reconnaissance des bénévoles du 24 avril ainsi que les activités prévues pour la Semaine de l’action bénévole.

Un accompagnement téléphonique

Le Réseau des proches aidants Les Moulins a pour sa part annulé toutes ses activités, hormis le soutien psychosocial, qui se fait maintenant par téléphone au 450 326-7372, poste 201 ou 202. Du service de dépannage pourra aussi être réalisé, mais chaque situation devra être évaluée d’abord par l’organisme.

Le Centre de prévention du suicide de Lanaudière (CPSL) souhaite rappeler aux Lanaudois qui vivent une détresse suicidaire, ou qui sont inquiets pour un proche dans une telle situation, que la ligne d’intervention en prévention du suicide, le 1 866 APPELLE (1 866 277-3553), demeure accessible à toute heure du jour et de la nuit.

« L’isolement, la maladie (ou la crainte de la contracter), l’instabilité économique et l’incertitude face à demain sont autant de facteurs amenés par le contexte de pandémie qui peuvent augmenter l’anxiété, voire la détresse chez certaines personnes. […] Les plus positifs d’entre nous ont déjà décidé d’utiliser cette période de confinement pour lire, écouter ou jouer de la musique, bricoler, cuisiner ou faire d’autres activités qu’ils affectionnent. […] Malheureusement, si on regarde l’envers de la médaille, certaines personnes peuvent vivre très difficilement la situation », informe le CPSL, qui suggère de demeurer à l’affût des signes pouvant traduire la détresse chez soi comme chez les membres de notre entourage.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar