COVID-19 : La sensibilisation plutôt que la répression

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
COVID-19 : La sensibilisation plutôt que la répression
Un citoyen témoin d’un rassemblement intérieur ou extérieur qui ne respecte pas les critères énoncés à Terrebonne peut téléphoner au 450 471-4121. (Photo : archives)

Les corps de police du territoire restent discrets quant aux interventions qu’ils mènent dans la MRC Les Moulins en ce qui concerne la COVID-19. Aucun bilan ne sera d’ailleurs émis relativement à celles-ci.

La semaine dernière, on a su que les patrouilleurs de la police de Terrebonne avaient effectué une dizaine de visites de courtoisie, dans la seule journée du dimanche 22 mars, pour inciter les gens participant à des rassemblements à se disperser.

Depuis, ce type d’information n’est plus transmise. « La collaboration et la coopération de la population afin de respecter toutes les mesures mises en place en lien avec la COVID-19 sont essentielles. Nous sommes en mode prévention. La sensibilisation et l’information sont les approches privilégiées par l’ensemble des corps policiers au Québec à l’heure actuelle, plutôt que la contrainte », signale le capitaine Joël Lamarche, du Service de police intermunicipal de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion.

Il précise également que la très grande majorité de la population comprend bien la situation et se conforme aux consignes de la Santé publique. « Des interventions de sensibilisation auprès des citoyens sont faites régulièrement. Dans la grande majorité des cas, les citoyens collaborent », ajoute-t-il.

Un citoyen témoin d’un rassemblement intérieur ou extérieur qui ne respecte pas les critères énoncés à Terrebonne peut téléphoner au 450 471-4121.

Même son de cloche à Mascouche

À Mascouche, on confirme que les policiers sont déployés sur le terrain depuis un certain temps déjà pour sensibiliser les citoyens et les commerçants « fautifs ». Le service de police reçoit « quelques appels par jour, mais c’est relativement calme », aux dires de Marisa Cursio, directrice des communications et relations avec les citoyens à la Ville de Mascouche.

Ne souhaitant pas encourager les dénonciations citoyennes, la Ville rappelle cependant que le 9-1-1 demeure au service des citoyens voulant signaler des situations dangereuses.

« Nous demandons donc la compréhension des citoyens puisqu’il ne sera peut-être pas possible de répondre à chacune des demandes reçues en période de crise comme celle que l’on vit actuellement », précise Mme Cursio.

C’est pourquoi la Ville de Mascouche demande à ses citoyens de respecter à la lettre les recommandations des autorités, dans un effort collectif visant à freiner la propagation de cette pandémie.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar