COVID-19 : Le CISSS de Lanaudière fait le point

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
COVID-19 : Le CISSS de Lanaudière fait le point
Sur les 50 cas lanaudois, 53 % sont situés au nord de la région, comparativement à 47 % au sud.

Dans un premier point de presse régional depuis l’éclosion des cas de COVID-19 au Québec, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière a fait le point, lundi, sur l’état de situation dans la région où l’on compte 50 cas en date du 23 mars, soit 35 de plus que la veille.

Adjointe médicale en maladies infectieuses de la Direction de la santé publique de Lanaudière, Joane Désilets, a confirmé d’emblée que les 50 cas ont tous été pris en charge. « Ils ont tous été joints rapidement par nos équipes qui travaillent 24 heures sur 24. Les gens qui ont été en contact étroit ont été mis en surveillance », assure-t-elle.

Plusieurs journalistes ont questionné Mme Désilets ainsi que Daniel Castonguay, président-directeur général du CISSS, à savoir combien de cas confirmés provenaient de la résidence de Lavaltrie, où quatre décès ont été recensés jusqu’à maintenant. L’information n’a pas été dévoilée pour respecter la confidentialité des personnes atteintes.

Au lendemain du point de presse, le CISSS a toutefois diffusé un communiqué précisant que, sur les 50 cas lanaudois, 53 % sont situés au nord de la région, comparativement à 47 % au sud. On ajoute que 30 % des cas confirmés sont âgés de plus de 70 ans.

Deux cliniques

Par ailleurs, M. Castonguay a confirmé qu’on retrouve deux cliniques de dépistage dans Lanaudière : une à Joliette et une à Terrebonne. « À l’heure actuelle, nous sommes en mesure d’effectuer 350 tests par jour », affirme-t-il. Quant aux délais pour obtenir les résultats de ceux-ci, ils s’améliorent, considère le PDG : « C’était très long au départ, mais ça s’accélère maintenant. À partir de demain, ce sera 48 heures au plus tard. »

Il souligne également que les gens ont répondu massivement à l’appel lancé au personnel ayant œuvré dans le domaine de la santé par le passé, dont les retraités du réseau. « Beaucoup ont répondu à l’appel au secours. Nous les rappelons par ordre de priorité », indique-t-il, en ajoutant que la situation crée un redéploiement du personnel dans les différentes installations sous la gouverne du CISSS.

Finalement, appelé à commenter les dernières mesures annoncées par le gouvernement, Daniel Castonguay juge que celles-ci devaient être prises pour un jour pouvoir revenir à « un niveau normal de société » et qu’elles représentent « un pas de plus vers la limitation de la propagation ».

Partager cet article

Commentez l'article

avatar