Critiques sociales dans un gant de velours

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Critiques sociales dans un gant de velours

Si Katherine Levac affirme dès le début de son spectacle Velours avoir eu une vie généralement facile, cela ne l’empêche pas d’observer la société et de saupoudrer plusieurs critiques sociales à travers ses blagues, qu’elle a livrées le 14 novembre au Théâtre du Vieux-Terrebonne. Elle semblait en grande forme et pleinement rétablie d’une blessure à la cheville qui l’a forcée à annuler deux spectacles quelques jours plus tôt. Après une première partie assurée par Sam Boisvert, la Franco-Ontarienne a écorché un peu tout le monde pendant son spectacle, mais elle le faisait avec le sourire! Les quiz télé, le christianisme, les Linda, Nicole, Micheline et autres femmes de 64 ans auxquelles elle dédie même une chanson : tout y passe. L’humoriste n’épargne pas non plus son Ontario natal ni son Québec d’adoption. «La souveraineté [du Québec], c’est un peu comme Michèle Richard : je sais ce que c’est, mais je n’étais pas ici quand c’était hot», lance-t-elle, prenant d’ailleurs le soin de préciser qu’il s’agit de sa blague favorite du spectacle. Elle rit aussi beaucoup d’elle-même, notamment de sa relation avec les rendez-vous galants et surtout, les après-rendez-vous. Pour ceux qui n’ont pu assister au spectacle, des billets sont en vente depuis le 16 novembre pour une supplémentaire prévue le 31 janvier 2020. (Photo : Jean-Marc Gilbert)

Partager cet article

Commentez l'article

avatar