De nouvelles étapes pour Elodie Allie

Pierre-Luc Chenel
De nouvelles étapes pour Elodie Allie
«Je n’ai pas peur d’aller dans les coins», confie la joueuse de hockey de 13 ans Elodie Allie. (Photo : Fracas photo)

Elodie Allie a entamé sa première saison avec l’équipe bantam AAA Relève des Pionniers de Lanaudière, en plus de recevoir une bourse de l’Ontario Hockey Academy (OHA).

La hockeyeuse de 13 ans soutient que son adaptation a bien été, du pee-wee vers le bantam, avec les Pionniers. «Ça se passe bien, a-t-elle avoué, mentionnant qu’il y a un nouvel élément avec lequel elle doit se familiariser. Il y a le fait de jouer contact qui est différent.»

Le fait de jouer avec la mise en échec n’inquiète pas la défenseure. Dans le niveau pee-wee, elle était souvent pénalisée. «Au début de l’année, nous avons eu des pratiques sur la mise en échec, a-t-elle mentionné. Je trouve ça le fun, de jouer contact.»

Avec la mise en échec, la Mascouchoise a dû adapter une facette de son style de jeu. «Il faut davantage lever la tête parce que tu as moins de temps de réaction, a-t-elle analysé. Je n’ai pas peur d’aller dans les coins.»

Continuer sa progression

Elodie Allie a eu une bourse afin d’étudier à l’Ontario Hockey Academy, située à Cornwall, en Ontario. Elle est la plus jeune des joueuses-athlètes de l’école, dont certaines proviennent de l’Australie, de la France, du Japon et de l’Irlande du Nord.

Installée dans un milieu anglophone, elle a dû s’y habituer. «Au début, c’était plus difficile. Aujourd’hui, je trouve ça plaisant, car je vais être complètement bilingue», a admis celle qui a conservé une note moyenne de 4.0 sur les bancs d’école.

En semaine, sur la glace, Elodie Allie poursuit son développement avec l’équipe féminine midget AAA. Elle participe à différents showcases et peut visiter diverses universités américaines. Elle affronte les meilleures joueuses de 16 et 17 ans au monde.

Si elle compare le style de hockey auquel elle est habituée avec les Pionniers et celui qu’elle apprivoise maintenant, elle voit qu’avec ce dernier, elle a plus la chance de créer des jeux. «Avec les filles, c’est moins de contacts et plus de temps avec la rondelle, a-t-elle conclu. C’est plus un jeu de passes.»

À court terme, Elodie Allie soutient que son prochain objectif est de faire partie de l’Équipe Québec des moins de 16 ans. Elle s’estime heureuse d’avoir la chance de vivre de belles expériences à l’âge de 13 ans.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar