Débat autour d’une signature

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Débat autour d’une signature
Si le ton était plus cordial que lors de la dernière assemblée, il y a eu un long échange entre le maire de Terrebonne,

Une scène plutôt inusitée s’est déroulée à la séance du conseil municipal de Terrebonne, le 13 mai. Le président du syndicat des employés manuels de la Ville de Terrebonne, Denis Renaud, a donné son accord verbal pour que l’offre patronale soit rendue publique, mais la Municipalité exige qu’il signe une lettre, ce qu’il refuse de faire. Résultat, on ne peut toujours pas vous présenter les propositions patronales pour l’instant.

Selon M. Renaud, les rencontres de négociations des 2 et 7 mai ont été «très cordiales». De son côté, le maire Marc-André Plante affirme que la Ville veut «négocier de bonne foi». Mais c’est plutôt cette simple lettre d’autorisation de divulgation publique qui a été le sujet principal de l’échange entre le maire et M. Renaud lors de la période de questions précédant l’assemblée du conseil, qui se tenait à l’école de l’Étincelle.

«Est-ce une question de confiance?» a lancé M. Renaud en se demandant pourquoi l’accord verbal n’était pas suffisant. C’est une question juridique, a rétorqué le maire, qui tient à avoir une preuve écrite de son accord.

Rencontré au terme de la séance, le premier magistrat a indiqué que la position patronale ne sera pas rendue publique tant et aussi longtemps que cette lettre ne comportera pas la griffe de M. Renaud.

La prochaine séance de négociations entre les deux parties est prévue le 17 mai.

L’école a son terrain

Pendant la séance, le conseil municipal a confirmé la cession du terrain situé à l’angle du boulevard des Plateaux et de la rue de Plaisance à la Commission scolaire des Affluents (CSDA) en vue de la construction d’une école primaire pour desservir ce secteur. La construction peut donc commencer dès maintenant.

Rappelons que la CSDA veut ouvrir cette école en septembre 2020.

Examen des plaintes

Dans un tout autre ordre d’idées, notons que le conseil a adopté sa procédure portant sur l’examen des plaintes dans le cadre de l’adjudication d’un contrat public.

Comme expliqué par le directeur général de la Ville, Alain Marcoux, cette nouvelle mesure permettra, dès le 25 mai, à tout soumissionnaire de formuler une plainte s’il juge que le devis d’un contrat a été fait de façon à avantager une entreprise en particulier, par exemple.

C’est la Direction du greffe et des services juridiques de la Ville qui sera responsable de la gestion de ces plaintes. Dans le cas d’une décision défavorable envers le plaignant, ce dernier pourra en quelque sorte faire appel en s’adressant à l’Autorité des marchés publics.

Notons aussi les nominations d’Hélène Akzam comme directrice des ressources humaines et de Nadine Lussier comme directrice des communications.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar