Définir le Terrebonne de 2025

Jean-Marc Gilbert

media@larevue.qc.ca

Définir le Terrebonne de 2025
Le «lac-à-l’épaule» du 21 juin a permis de jeter les bases du plan dont doit se doter la Ville pour amorcer sa transformation organisationnelle, selon la Municipalité. (Photo : courtoisie)

Le vaste processus de transformation organisationnelle visant à définir les priorités de Terrebonne d’ici 2025 est en branle. Élus, membres de la direction et employés travaillent sur cette réorganisation qui passera tant par des changements dans les façons de faire que par des investissements essentiels, comme la construction d’un nouvel hôtel de ville.

Une vingtaine d’employés-ambassadeurs de différents services municipaux motivés à participer activement au processus, des élus et des membres de la direction se sont réunis à l’occasion d’un «lac-à-l’épaule», le 21 juin, pour jeter les bases d’un futur plan de transformation. Il s’agissait d’une «nécessité» soulevée par l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) dans son rapport de 92 pages rendu public en février.

L’exercice est qualifié de «moment historique» par le conseiller Jacques Demers, président de la Commission municipale spéciale créée à la suite du diagnostic organisationnel de l’ÉNAP. «Nous avions une organisation désorganisée, essoufflée et sans vision claire. Ça nous prenait ce bilan. Ça a été le sujet de discussion numéro 1 avec l’arrivée en place du nouveau conseil en novembre 2017», souligne le directeur général de la Ville, Daniel Sauriol.

Du court et du long terme

Planification stratégique, planification financière, éthique, capital humain et optimisation des opérations font partie des thèmes clés sur lesquels Terrebonne mise. Marie-Noël Faber, récemment embauchée comme conseillère en gestion du changement pour trois ans, aidera à orchestrer ces changements à effectuer à l’intérieur des «12 grands chantiers» énumérés et détaillés par l’ÉNAP dans son rapport, qui est disponible sur le site Internet de la Ville de Terrebonne.

Un nouvel hôtel de ville

Certains peuvent se faire assez rapidement, tandis que d’autres s’inscrivent dans une rénovation en profondeur. Parmi ceux-ci, le souhait évoqué à quelques reprises par le maire Marc-André Plante de construire un nouvel hôtel de ville où tous les services seraient regroupés est plus qu’une simple idée lancée en l’air. C’est même une priorité, selon Jacques Demers. «Le fait d’avoir un hôtel de ville éparpillé est une contrainte importante», note le conseiller. Cadre chez Bell Canada, M. Demers dit avoir constaté plusieurs gains d’efficacité lorsque l’entreprise a décidé de centraliser ses services à L’Île-des-Sœurs et croit que la même solution serait bénéfique pour Terrebonne.

C’est exactement le plan. «Le projet sera éventuellement chiffré au programme triennal d’immobilisations (PTI)», révèle Daniel Sauriol. Quant à savoir si Terrebonne optera pour une rénovation et un agrandissement du bâtiment actuel ou une construction neuve, aucune décision n’a encore été prise, affirme le directeur général. «On ne rejette aucune hypothèse pour l’instant. Il y a beaucoup d’idées et nous avons encore trois ou quatre sites à analyser», dit-il.

Chose certaine, il y a encore «énormément de travail à faire» pour effectuer cette transformation en profondeur, reconnaît M. Demers. Et tous les commentaires sont pertinents. C’est pourquoi qu’en plus d’avoir sondé les employés, un exercice qui sera d’ailleurs récurrent à une fréquence régulière pour mesurer où en est la ville dans sa transformation, la population aura aussi son mot à dire cet automne. «Les citoyens pourront s’exprimer sur ce travail collectif et rassembleur», notait le maire dans un communiqué de presse publié récemment.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar