Délit de fuite mortel à Terrebonne

Jean-Marc Gilbert
Délit de fuite mortel à Terrebonne
De nombreuses heures après le délit de fuite mortel, la montée Major était toujours fermée à la circulation. (Photo: Jean-Marc Gilbert)

LA VIE D’UNE PIÉTONNE FAUCHÉE

Une femme d’une trentaine d’années a perdu la vie lors d’un délit de fuite survenu dans la nuit du 15 au 16 septembre, sur la montée Major, dans le secteur de La Plaine. Le conducteur, qui avait d’abord pris la fuite, a contacté les policiers et a été arrêté plus tard dans la nuit.

La victime circulait à pied vers l’est sur la montée Major, à la limite de la municipalité de Saint-Roch-de-L’Achigan, lorsqu’elle a été happée par une voiture grise foncée, peu après 00h30.

Malgré d’importants dommages à l’avant du véhicule, selon des témoins, le conducteur a quitté les lieux immédiatement.

En dépit de l’intervention rapide des policiers, le décès de la piétonne a été constaté sur les lieux de l’accident. Cette dernière n’avait toujours pas été identifiée au moment de mettre sous presse, mais il s’agirait d’une femme d’une trentaine d’années.

Le suspect se livre

Environ une demi-heure après l’accident, un homme de 31 ans a communiqué avec la Sûreté du Québec et a déclaré être le conducteur impliqué dans cet accident.

Des agents se sont rendus à son domicile de Sainte-Julienne pour procéder à son arrestation et le transporter au poste de police. Il a été détenu et devait rencontrer des enquêteurs.

L’individu pourrait éventuellement faire face à diverses accusations, dont délit de fuite causant la mort. D’autres accusations pourraient s’ajouter tout dépendant ce que les policiers découvriront dans leur collecte d’indices.

Il était impossible de dire si le conducteur était sous l’effet de l’alcool au moment de l’accident, mais cette possibilité n’est pas écartée.

Le 16 septembre en matinée, plusieurs heures après l’accident, une portion importante de la Montée Major était toujours fermée à la circulation, entre Saint-Roch de l’Achigan et le chemin du Curé-Barrette.

Des experts en reconstitution d’accidents de la Sûreté du Québec ont donné un coup de main aux policiers de Terrebonne dans l’analyse de la scène d’accident. Des témoins devaient également être rencontrés.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar