Deux ans pour rétablir la confiance

Gilles Fontaine
Deux ans pour rétablir la confiance
Après trois ans de négociations et de moyens de pression, un conflit majeur a été évité par l’entente de principe intervenue entre la Municipalité et le SCFP. (Photo : archives)

Le 17 janvier, les membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), local 2055, ont voté à 85 % en faveur d’une entente de principe intervenue entre la Ville de Mascouche et le syndicat.

Cette entente, dont les détails restent à finaliser, viendra à échéance le 31 décembre 2019 et est rétroactive au 1er janvier 2015.

On prévoit des augmentations salariales de 10,25 % sur cinq ans. De plus, les horaires de travail pour les activités sportives seront échelonnés sur sept jours, ce qui en principe devrait éviter à la Ville de recourir à la sous-traitance pour ces activités.

Longue négociation

«Ça a été une longue négociation, et ces dernières semaines, il y a eu un certain rapprochement. Nous avons maintenant deux ans pour rétablir le lien de confiance et retrouver une certaine harmonie. Quant à l’horaire de sept jours pour certaines activités, il est vrai que cela va réduire les heures supplémentaires, mais ça devrait aussi réduire la sous-traitance», a laissé entendre Michel Gratton, négociateur pour le SCFP.

«C’est une bonne nouvelle pour la Ville. Le conseil aura l’occasion, possiblement le 5 février, d’entériner l’entente», a fait savoir le maire Guillaume Tremblay.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar