Les cols bleus écourtent leur grève

Photo de Jean-Marc Gilbert
Par Jean-Marc Gilbert
Les cols bleus écourtent leur grève
Non seulement les négociations font du surplace, mais le ton monte depuis quelques semaines entre Terrebonne et ses cols bleus. Ces derniers ont été expulsés de la séance du conseil municipal le 23 septembre. (Photo : archives)

TERREBONNE

Alors qu’il avait prévu de faire la grève jusqu’au 28 octobre, le syndicat des employés manuels de la Ville de Terrebonne décide d’écourter cette grève d’une semaine. Les cols bleus seront de retour au travail le 21 octobre à 7 h.

«L’employeur fait une demande de médiation, mais ne bouge pas d’un pouce sur ses propositions. Nous avons suggéré des façons d’améliorer l’organisation du travail en demandant de laisser tomber les 27 % de coupes de salaires, mais l’employeur refuse», affirmait Denis Renaud lors du déclenchement de la grève.

Quand on lui demande pourquoi le syndicat a choisi d’écourter la grève, il répond que c’est «pour des raisons stratégiques». «Nous aimerions peut-être tenir plusieurs petites grèves plus courtes», précise-t-il.

Surplace

Lorsqu’on questionne le président du syndicat ainsi que le maire pour savoir comment évoluent les négociations, les deux parties s’accusent mutuellement.

Si M. Renaud indique que la Ville ne veut rien concéder, le maire Marc-André Plante prétend que c’est plutôt l’inverse. «Ceux qui ont le mandat de négocier pour nous sont prêts à faire des compromis, mais on a l’impression d’être seuls à la table de négociations», indique ce dernier.

Il ajoute que la Ville n’a que deux objectifs : augmenter la productivité et s’assurer que les conditions de travail et salariales de cols bleus soient globalement comparables à celles des villes de Laval, de Montréal, de Longueuil, de Lévis et de Québec. Actuellement, les cols bleus de Terrebonne ont des «conditions de travail substantiellement plus élevées» que ceux de ces cinq villes, selon le premier magistrat.

En ce qui concerne la médiation, une seule rencontre s’est tenue avec un médiateur, le 30 septembre. Celle prévue le 10 octobre a été annulée. Aucune nouvelle date n’a encore été fixée.

De la CSN à la FISA?

Représenté par la CSN depuis plusieurs années, le syndicat des cols bleus de Terrebonne pourrait bientôt se retrouver sous l’égide de la Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA), qui regroupe environ 90 syndicats et quelque 8 000 travailleurs des secteurs municipal et scolaire.

«Nous avons un peu magasiné notre syndicat. La FISA était le meilleur pour nous», indique M. Renaud.

Partager cet article

2
Commentez l'article

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Jean-Marc GilbertDenise Dompierre Auteurs de commentaires récents
Denise Dompierre
Invité
Denise Dompierre

Y aura t il ramassage de composte et détritus ?