Différents? Quelles différences?

Photo de Gilles Fontaine
Par Gilles Fontaine
Différents? Quelles différences?
Vanessa, Nancy, Philippe et Anne ont pris une petite pause le temps d’une photo. (Photo : Gilles Fontaine)

À l’occasion de la 23e édition de la Semaine québécoise des personnes handicapées, des bénévoles de l’organisme Défi-Intégration-Développement-Accompagnement (DIDA) accueillaient les visiteurs de l’Hôpital Pierre-Le Gardeur pour les sensibiliser entre autres à l’apport des personnes handicapées dans la communauté.

DIDA, organisme fondé en 2012, a pour mission d’offrir aux personnes de 21 ans et plus du sud de Lanaudière présentant une déficience intellectuelle un programme de développement de leurs habiletés et de leurs compétences sociales et professionnelles par l’entremise de formations et de travaux divers structurés pour tenir compte de leurs besoins particuliers.

L’organisme a deux points de service, dont à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur. Nous avons eu l’occasion d’y rencontrer trois personnes extraordinaires, Anne Porfilio (22 ans), Vanessa Ouellette (31 ans) et Philippe Crépeau (26 ans). Vanessa et Philippe sont de Terrebonne. Anne est de Repentigny et fréquente l’Association de parents d’enfant trisomique-21 Lanaudière (APETL).

Une responsabilité valorisante

Il y avait aussi Nancy Bélanger, intervenante-accompagnatrice. Une personne tout aussi extraordinaire. «Nous avons tous nos différences, notre propre caractère et nos propres capacités, lance cette mère d’un adulte présentant un handicap. C’est donc important de valoriser qui ils sont et ce qu’ils nous apportent. Un événement comme cette semaine et un reportage, ça permet de démocratiser l’acceptation de la différence.»

Les trois travailleurs étaient à la tâche depuis 9 h, souriants. Ils avaient la responsabilité de préparer les dossiers dont le personnel médical aura besoin.

«L’an dernier, nous avons préparé 56 000 dossiers et 65 000 en 2017, pour 17 départements. Il y a 69 façons de monter des dossiers. Je peux vous dire que c’est très précis», explique Nancy Bélanger.

L’activité est tout aussi importante au deuxième point de service à Repentigny. «Il y a un ensemble de services que nous offrons à la collectivité.

Que ce soit de l’assemblage, du découpage, de l’étiquetage, de l’emballage de produits ou de la préparation d’envois postaux, nos participants sont très actifs et leur apport peut être très bénéfique pour une entreprise ou une organisation», souligne Anne Villeneuve, secrétaire du conseil d’administration de DIDA et bénévole.

Autant Nancy qu’Anne ont les yeux brillants lorsqu’elles nous parlent des personnes handicapées.

Elles nous racontent qu’en réalité, les personnes handicapées ne sont pas qu’en processus d’intégration, elles sont aussi au service de la communauté. Peut-on en dire autant de nous tous?

Pour tout savoir de l’organisme DIDA et connaître des personnes extraordinaires, il suffit de visiter le www.dida-integration.org.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar