Eliza Eleven, entre rock et bossa nova

Photo de Pénélope Clermont
Par Pénélope Clermont
Eliza Eleven, entre rock et bossa nova
Photo : Cultur 3Riv et Eliza Eleven

Après plus de deux décennies musicales, Bet.e du duo Bet.e and Stef n’a rien perdu de la passion qui l’anime. À preuve, en 2017, elle lançait le projet Eliza Eleven. Un nouveau souffle artistique qui allait lui permettre de garder les deux pieds sur scène, comme le 22 février à la salle du Moulinet.

Les premières amours de Bet.e, soit le jazz et la bossa nova, trouvent encore leur place au contact d’Eliza Eleven. Ils rencontrent cependant de grands classiques du rock et de la pop par l’entremise de relectures parfois étonnantes, selon ses dires, de pièces de Styx, de Hall and Oates, de Genesis, de Scorpions, de Pink Floyd, de Tears for Fears, de The Police et de plusieurs autres. Un retour en arrière porté autant par le français que le portugais brésilien et l’anglais.

«Il y a plein de surprises, fait savoir la chanteuse. Les gens s’amusent à deviner les chansons originales, et ça leur rappelle plein de souvenirs : leur première voiture, leur bal du secondaire. On fait aussi les chansons préférées de Bet.e and Stef et on est en train de développer de nouvelles chansons.» Un album d’Eliza Eleven devrait voir le jour au printemps.

La principale intéressée ignore où cette idée de réunir vieux rock et bossa nova a pris forme, mais cela ne date pas d’hier. «C’est juste arrivé dans ma tête. À l’époque du cabaret du Saint-Sulpice, en 1993, je voulais reprendre Roundabout de Yes. C’est une chanson que j’ai beaucoup aimée et beaucoup écoutée. J’ai toujours eu en tête d’en faire une version alternative, mais ce n’était pas possible avant. Là, c’est mon groupe, je fais ce que je veux!» lance-t-elle à la blague.

L’expérience et la jeunesse

Pour réaliser ce fantasme musical, elle a d’abord collaboré avec le guitariste Pierre Guilbert. «Ça prend de bons musiciens pour faire Squonk de Genesis. Ce n’est pas facile! Mais Pierre n’a pas eu peur de relever le défi», dit-elle avec reconnaissance.

Depuis, elle s’est créé un groupe et s’est adjoint de jeunes musiciens. «Je voulais travailler avec de jeunes musiciens parce qu’ils sont constamment en train de faire des arrangements et ils sont habitués de travailler la technique, explique la femme de métier. J’ai donc appelé les universités et les cégeps et je leur ai demandé qui étaient leurs meilleurs!»

Les heureux élus sont Vincent Bilodeau à la guitare et Gabriel Kerouac à la basse. «Ce sont des amis d’enfance. Ils ont 20 ans, mais jouent ensemble depuis 8 ans. Ça paraît. Ça va vite et ça va bien!» se réjouit-elle.

Fait cocasse, ses musiciens ne connaissent pas toujours les chansons qu’elle souhaite leur faire jouer. Le guitariste n’avait d’ailleurs pas fait le lien entre la chanteuse qui se trouvait à ses côtés lors de son audition et celle qu’il a entendue toute son enfance dans la voiture de sa mère, raconte en souriant Bet.e.

Garder l’enthousiasme vivant

Heureuse de ce vent de fraîcheur qui se pointe dans sa vie professionnelle, l’artiste n’a rien perdu de l’enthousiasme que lui procure son métier. Son secret? «Chanter est une grande passion dans ma vie. J’avais 4 ans et je savais que mon destin allait m’amener là-dedans, introduit-elle. Je pense qu’il ne faut pas perdre notre appréciation et notre gratitude des moments qu’on vit. Chaque jour, je trouve dix choses, une pour chaque doigt, pour lesquelles je suis reconnaissante. Ça peut être simple, comme être bien dans mon lit.»

« Chaque jour, je trouve dix choses, une pour chaque doigt, pour lesquelles je suis reconnaissante. »

«Ma première passion est la chanson, mais ma deuxième passion, plus jeune, était de devenir thérapeute. Je m’étais dit que si je devenais psychologue, je ne pourrais pas chanter, mais que si je devenais chanteuse, je pourrais être thérapeute plus tard. Je termine en ce moment ma dernière année pour devenir thérapeute en relation d’aide. J’ai toujours trouvé le moyen dans la vie d’être bien. C’est une discipline interne!» conclut-elle avec sagesse.

***

Pour assister au spectacle d’Eliza Eleven, présenté à la salle du Moulinet, sur l’Île-des-Moulins, le vendredi 22 février à 20 h, procurez-vous des billets au www.theatreduvieuxterrebonne.com ou au 450 492-4777. Notons qu’à l’achat d’un billet pour ce spectacle, vous obtenez le 2e à moitié prix. La promotion est valide du 6 février 10 h au 14 février 20 h.

Partager cet article

Commentez l'article

avatar